Ce sont les troupes Aprilia particulièrement motivées qui s’annoncent pour une saison 2017 qui sera disputée. Avec maintenant six constructeurs sur la grille de départ, faire sa place au soleil va revenir à jouer des coudes. Une perspective qui ne fait pas peur à Aprilia qui va entamer sa troisième saison parmi l’élite après deux exercices passées au milieu des machines privée et encore assez loin des autre teams officiels. Ainsi, le patron de la compétition Romano Albesiano maintient son objectif du top 6 pour 2017. Ce qui signifierait un surprenant bon en avant de la RS-GP.

Mais justement, c’est bien la surprise que compte créer le remplaçant de Gigi Dall’Igna à Noale : « la nouvelle moto est bien née alors nous pourrions bien en surprendre plus d’un » annonce Albesiano sur La Gazzetta dello Sport. «  Je sais bien que finir dans le top 6 ne sera pas facile car le MotoGP a connu une évolution impressionnante durant ces dernières saisons. Mais même si ce sera dur, je pense que ce ne sera pas impossible si je me réfère aux commentaires d’Aleix Espargaró ».

Un Aleix Espargaró qui est la nouvelle recrue de choix d’Aprilia et qui n’a pas tari d’éloges sur la RS-GP dès les premiers tours de roues accomplis au début des tests de cette intersaison : « Aleix pense que c’est possible, il est bon sur un tour et notre équipe est capable de lui faire une moto en mesure d’être régulière sur une course. Alors oui, j’y crois ».

Il faudra cependant faire quelques aménagements : « nous avons développé le moteur dans le sens des exigences d’Aleix. Ce dernier a demandé plus de couple, ce qui a été une surprise pour nous car Bautista et Bradl demandaient plutôt plus de puissance pure. Mais c’est son style de pilotage qui est comme ça et nous avons œuvré dans cette nouvelle voie ».

Les résultats se verront dès le 30 de ce mois du côté de Sepang. Un rendez-vous durant lequel le second pilote Sam Lowes sera aussi attendu au tournant : « Sam est un réel talent, mais nous avons constaté qu’il subissait la pression. Il ne tombe pas parce qu’il ne comprend pas la moto, mais parce qu’il doit apprendre à vivre avec la pression. On ne lui demandera pas de conquérir le titre, alors il doit composer avec ce genre d’inconvénient ». Pour peu, on entendrait comme un avertissement.

Tous les articles sur : Aleix Espargaro, Sam Lowes