2017 verra un team Yamaha renouvelé. Aux côtés d’un Rossi incontournable arrivera un Vinales de 21 ans sorti de deux belles années avec Suzuki. Déjà à la tête de quatre podiums dont une victoire à Silverstone, il s’annonce aussi coriace sinon plus que Lorenzo pour le Doctor. La différence est que les deux hommes s’apprécient. Pour le moment.

Pour le moment car Vinales n’a pas signé chez Yamaha pour vivre le privilège de partager le box avec la légende vivante de la moto. Son ambition, c’est le titre, celui-là même que le Doctor veut aussi pour en compter dix à son palmarès. Alors, forcément, sur la piste, ça va coincer. Et les relations en seront affectées.

Une logique développée par l’actuel mécanicien de l’Espagnol, l’Argentin Manuel Cazeaux. Sur AS, il ne cache pas sa déception de voir sa perle le quitter et prévient qu’elle est du calibre d’un Lorenzo, d’un Márquez ou encore d’un Pedrosa.

Mais aussi forcément d’un Rossi : « c’est compliqué d’être amis dans ce milieu lorsque tout est identique entre vous ». Entendez par là qu’à poursuivre le même but avec le même matériel, ça tend un peu l’atmosphère. « J’espère qu’il y aura un respect mutuel Mais d’amitié dans le même box, je ne pense pas ».

Il développe : « Maverick est un pilote en pleine évolution. Il travaille beaucoup sur différents aspects et cherche toujours à s’améliorer. C’est un pilote que Suzuki peut remercier. Nous avons grandi avec lui. Il n’a pas seulement développé la moto, nous avons grandi avec lui, il nous a toujours poussé plus loin pour faire évoluer la moto ».

« Il en est à sa seconde saison en MotoGP, et sa première avec une moto compétitive. On a vu lors de cette seconde partie de saison qu’il est vraiment très bon et je pense que bientôt il sera en mesure de se battre pour le titre de Champion du Monde ». Dès 2017 ? Les paris sont ouverts.

Tous les articles sur : Maverick Vinales, Valentino Rossi