Le paddock bruisse des rumeurs de la composition des équipes satellites Honda et Ducati mais il est un autre sujet qui focalise l’attention. Un thème qui nous pousse jusqu’en 2019 et qui concerne la suite de la carrière du monument Valentino Rossi. Et ça concerne beaucoup de monde dans le milieu. L’intéressé bien sûr, les pilotes Tech3 aussi et Dorna qui voit dans le Doctor le curseur à mettre pour le tarif de ses prochains droits TV. Alors, stop ou encore ? Les proches que sont Uccio et Davide Brivio donnent une piste…

Il a 38 ans, il gagne depuis 1996, il a neuf titres et il compte 115 victoires. Une carrière bien remplie. Il n’a plus rien à prouver. Et pourtant, lorsqu’il gagne, c’est comme si c’était la première fois, les saynètes d’après le drapeau à damiers en moins. Mais l’enthousiasme est toujours là. Et sur son avenir, l’homme de Tavullia a déjà prévenu : « lorsque j’ai signé ce contrat de deux ans avec Yamaha, j’avoue que je pensais que c’était le dernier de ma carrière. Mais finalement, je n’en étais pas si convaincu que ça. Je me déciderai au début de la saison prochaine. Mais si je suis compétitif, je continuerai ».

Quatrième au classement général provisoire du présent championnat avec dix points de retard sur le leader Marquez il est toujours dans le coup pour une dixième couronne. Dans son cercle le plus proche, on ne semble pas convaincu d’un retentissant pot de départ en 2018. A commencer par l’incontournable Alessio “Uccio” Salucci : « si les résultats sont bons, pourquoi arrêterait-il ? Il adore vraiment la compétition ».

De son côté, Davide Brivio explique : « personne ne peut expliquer comment il arrive à garder cette motivation. Depuis plus de 20 ans, il arpente les mêmes circuits, il travaille avec ses ingénieurs sans relâche le vendredi et le samedi pour être au point pour la course le dimanche. Il a une passion véritable et authentique pour la moto. Et quelle serait son alternative ? Rester à la maison ? Assis devant sa télévision ? Ce serai terrible pour lui. S’il continue de gagner, il voudra sans doute faire encore deux ans de plus ».

Celui qui officie actuellement chez Suzuki avec nombre de soucis cette saison termine : « durant les 22 dernières saisons, il est passé de la 125 à la 250 puis aux 500 deux temps, il a ensuite connu les quatre temps, il s’est adapté à l’électronique, les pneus ont changé. Mais il a toujours trouvé la motivation pour se remettre en question et changer son pilotage. Si vous le regardez rouler il y a cinq ans, vous constaterez un style différent de celui d’aujourd’hui. C’est incroyable, tout comme sa motivation ».

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP