Avec seize points de retard sur un leader du championnat qui vous précède juste, le tout après onze Grands Prix disputés, il ne fait plus de doute que vous êtes un candidat pour le titre mondial en jeu. C’est exactement la situation d’un Andrea Dovizioso qui porte sur ses épaules tous les espoirs d’une usine Ducati qui pourrait actualiser son palmarès après l’épopée Stoner. Une pression que le pilote explique, tout en l’assumant.

Andrea Dovizioso prétendant à un titre mondial, cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu ça. Et que le pilote n’avait pas vécu une telle situation : « pour tout dire, ça fait peur ! » avoue l’équipier d’un Lorenzo qui fait le chemin inverse. « Vivre ça avec Ducati après tout ce que nous avons enduré… Et ça fait si longtemps que je n’avais pas été en lice pour un titre. Mais ça m’a beaucoup manqué. Car dans cette situation, les sensations sont magnifiques. Vous ne ressentez pas une simple pression, vous êtes dans votre monde et vous vous dites à chaque fois « allez, on va pousser encore plus ». C’est très positif et enthousiasmant ».

Maintenant, ça ne s’est pas fait tout seul. Il y a la GP17 bien sûr et le travail fait dessus. Mais il y a eu aussi la remise en cause personnelle : « je n’ai pas changé les choses durant les meetings. Par contre, à la maison, j’ai changé ma préparation et mon entraîneur. J’ai bougé des petites choses, mais ce sont ces petites choses qui font la différence à ce niveau de la compétition ».

« Certaines personnes m’ont fait comprendre des choses et je les applique dans la compétition d’une façon plus personnelle et cela produit son effet en course. Je suis une personne différente et c’est ce qui me fait vivre les choses de manière plus positives qu’avant. Un bon résultat est toujours la conséquence d’un ensemble de paramètres, jamais d’un seul fait ».

Andrea Dovizioso a déjà remporté trois victoires cette saison en MotoGP. Son dernier record en la matière remontre à 2004, du temps de la 125cc, et il est de cinq succès.