Andrea Dovizioso est en lice pour le titre mondial avec une Ducati après onze courses disputées. Du jamais vu depuis un certain Casey Stoner dont la situation tenait d’abord par son talent naturel. Là, nous avons à faire à un ensemble cohérent entre homme et machine et, de fait capable d’aller jusqu’au bout. Enfin presque. Car le même Dovizioso prévient : il en manque encore à la Desmosedici pour tenir le challenge jusqu’à Valence.

Sa victoire autrichienne a été étincelante, mais une fois l’enthousiasme du succès retombé, le pragmatique DesmoDovi a repris le dessus pour mieux remettre les choses dans l’ordre. Oui, la GP17 est sans doute la meilleure Ducati depuis longtemps, si ce n’est, même, depuis toujours. Mais elle est encore loin d’être la plus performante du plateau. Et, de fait, celle qui est en mesure de défendre ses chances sur tous les circuits.

Sans faire son rabat-joie, Dovi explique : « en Autriche, on perdait trop dans un enchaînement de deux courbes. Marc Márquez prenait la moitié de son avance à cet endroit où il était bien plus rapide que moi. La façon dont tourne ma moto n’est pas celle que j’aimerais. Il est essentiel que soyons compétitifs lors de toutes les courses. Sur certains tracés, ce n’est pas crucial, et dans ces cas, nous sommes là. Mais il n’en demeure pas moins qu’avoir une moto qui s’inscrive bien dans les virages est quelque chose d’essentiel ».

« La GP17 est globalement bonne. On s’en sort bien avec les pneus ce qui nous donne l’opportunité d’être devant, mais nous avons encore des faiblesses sur quelques points qui nous handicapent. C’est ce sur quoi il nous faut nous concentrer si nous voulons vraiment nous battre pour le titre ».

Andrea Dovizioso est second au championnat avant d’aborder la douzième manche de cette saison. Il compte seize points de retard sur le leader Marc Márquez. Viñales est à vingt-quatre longueurs du même leader et Valentino Rossi trente-trois, sans compter sur Dani Pedrosa qui en est à trente-cinq. « Cette couronne se jouera à cinq » assure l’équipier de Lorenzo. « J’en suis convaincu à 100% ».

On rappellera qu’à l’heure actuelle, les pilotes Yamaha ne sont pas plus heureux de leur monture tandis que Honda monte en puissance à chaque rendez-vous…