Superbe et inattendu vice-Champion du Monde 2017, Dovi va tenter cette année de monter l’ultime marche pour remporter le titre. Il s’est classé quatrième des tests de Sepang, à 0.3 de son coéquipier Jorge Lorenzo, puis il s’est positionné septième à Buriram à 0.4 de Dani Pedrosa. Les trois jours d’essai qui commencent au Qatar vont être importants pour encore améliorer la compétitivité de la nouvelle Ducati.

Concernant le Grand Prix du Qatar, Andrea a déclaré « Cette année, il y a un grand changement. Certains pilotes, à la Commission de sécurité, où par ailleurs des choses très utiles sont réalisées, ont forcé la course à être anticipée, et le départ sera donné 19h (heure locale) et non à 21h. C’est une exagération car ça signifie que tous les essais seront concernés, la moitié pendant la journée, l’autre moitié la nuit, cela n’a aucun sens pour personne.

« Les mêmes pneus ne peuvent pas aller bien pendant la journée, quand il fait très chaud, et la nuit, quand il y a beaucoup d’humidité. Donc ce sera à la fois pendant les essais et le Grand Prix quelque chose avec beaucoup de variables, ce sera le cas pour tout le monde et ça va, mais ça n’a pas de sens, c’est difficile à gérer. »

Au sujet de Yamaha, Dovizioso pense que « De l’extérieur, elle ne semble pas bonne. Quand il y a ces hauts et ces bas, c’est la confirmation que les choses ne sont pas calmes, elles ne sont pas sous contrôle à cent pour cent. Zarco est rapide, mais quand vous êtes dans une équipe officielle ou une satellite, le travail est différent. Dans l’officielle, vous devez travailler pour comprendre ce que vous testez. Vous devez utiliser les pneus disponibles pour faire les tests, pas le chrono, ça change totalement. »

« Dans un team satellite, il est plus facile de faire un temps et tout est plus facile. Mais c’est logique qu’il vaille mieux être officiel, car en MotoGP, de nos jours, il faut développer continuellement, pour améliorer la moto. Il faut une usine qui essaie de vous donner ce dont vous avez besoin. Il n’y a rien à reprocher à Zarco : quand il doit faire un bon temps, il le fait, quand il doit avoir du rythme, il l’a, pareil avec un pneu dur, il n’est donc pas facile de comprendre la situation chez Yamaha. »

Quant à Marc Marquez, « Il est très fort. A son âge il a déjà gagné tous ces Championnats du Monde et ce qu’il a réussi à faire, élever le niveau, éviter de se blesser lors des chutes, avoir des caractéristiques que personne n’a, c’est la réalité. Mais cela ne signifie pas qu’il est imbattable, comme personne d’autre dans le monde, ça a été démontré l’année dernière.

« Le Dovizioso, qui a toujours eu de bons résultats en MotoGP, mais rien en fin de saison, il a montré qu’en travaillant sur certains aspects il a réussi à rester en avance sur les autres pilotes, ce qui signifie que tout est possible. Nous devons continuer à travailler, croire, et il est logique que nous soyons conditionnés par de nombreux facteurs. »

Concernant la popularité, « Je ne sais pas comment le prendre, pas parce que je suis devenu plus célèbre, parfois c’est oublié, heureusement, mais parce que le Championnat du Monde est de plus en plus important. Si mon nom rejoint ceux d’autres champions, c’est très bien, mais je suis pilote. J’ai la chance de vivre ce que j’ai rêvé enfant, j’aime vivre comme ça. Andrea Dovizioso a explosé l’année dernière, ça me permet de toucher plus facilement les gens, juste ça. C’est une des choses les plus belles et difficiles à réaliser. »

Photos © Ducati

Source : Marca