Sam Lowes avait tourné avec la RS-GP sur le Red Bull Ring en étant persuadé que cette découverte lui servirait pour son meeting en Moto2. Ce qui s’est avéré faux. Le Britannique n’est pas superstitieux puisqu’il a remis ça avec l’Aprilia sur un tracé de Misano qui recevra le Grand Prix de San Marin le 11 septembre. Mais cette fois, il a vraiment commencé son travail de pilote d’usine de Noale.

Sam Lowes en MotoGP, cela risque d’être d’abord une question de style. Maître de la glisse, repoussant sans cesses les limites seulement trouvées après une chute. Le Champion du Monde Supersport 2013 est tombé 25 fois lors de sa première saison Moto2 en 2014, il a chuté à 19 reprises l’année suivante, et cette saison il compte déjà 17 accidents.

Il y a donc du travail à faire pour se présenter sur la grille du MotoGP. Celui qui est aussi actuel troisième de son championnat n’est pas non plus dénué de talent. Pilote Gresini cette année, il restera dans cette structure impliquée dans l’aventure RS-GP. A Misano, les derniers tests lui ont permis d’entrer un peu plus dans le vif du sujet : « ces essais n’ont pas été une simple nouvelle prise de contact avec la moto, on a aussi commencé à travailler dessus pour des solutions » explique le frère d’un Alex qui est dans le clan Yamaha via le Superbike. « En ce sens, c’était très positif ».

« Ce n’est pas simple de passer de la Moto2 au MotoGP. Le premier jour, j’ai pris mes marques sur la piste mais le second, on a travaillé avec la télémétrie et j’ai pu voir mes progrès en me rapprochant des temps des autres pilotes. Au final, ce n’était pas mal du tout. Le potentiel de cette moto est vraiment élevé et je suis plus qu’heureux de faire partie de ce projet ». Voilà des paroles positives qui mettront peut-être du baume au cœur du grand patron du groupe Piaggio qui attend bien mieux de ses troupes, et qui l‘a fait savoir au lendemain du Grand Prix d’Autriche.

On précisera, enfin que si un Lowes s’alignera bientôt dans un Grand Prix sur une MotoGP, ce ne sera peut-être pas celui que l’on croit. Le frère jumeau de Sam, soit Alex, est en effet supposé devenir le pigiste d’un Bradley Smith blessé pour les rendez-vous de Silverstone et de Misano sur la Tech3 Yamaha.

Tous les articles sur : Sam Lowes