La logique voudrait que lorsque l’on débarque dans une discipline en venant d’une catégorie sportive considérée comme supérieure, on pointe d’entrée parmi les favoris de la saison à venir. Une approche spécieuse selon celui qui a soutenu en Moto2 un pilote venu du MotoGP et qui s’y est cassé les dents, au point de jeter l’éponge avant la fin des hostilités. Ancien Champion du Monde de Superbike et deux fois vainqueurs en Grand Prix, Carlos Checa explique parfaitement, au travers de son expérience avec Yonny Hernandez, que sous-estimer le Moto2 est un grave erreur.  

Du haut de son mètre 84, le pilote colombien qui avait passé tant d’années en MotoGP a dû d’abord travailler pour perdre neuf kilos. Un effort certain qui ne lui a apporté que la neuvième place à Jerez comme meilleur résultat avant de lâcher l’affaire et se diriger vers l’Endurance. Carlos Checa, qui a coaché le pilote de 28 ans explique sur Speedweek : « c’était un défi vraiment difficile car venir du MotoGP pour faire du Moto2 est quelque chose de vraiment compliqué. Ces catégories sont carrément opposées. C’est pour ça que c’est très dur. Vous imaginez d’abord que vous allez être forcément compétitif en revenant dans une discipline inférieure, mais ce n’est pas du tout le cas, et ça joue aussi sur votre motivation ».

« En Moto2, les pilotes sont de très haut niveau et on a dû mal à comprendre ça vu de l’extérieur. Ceux qui sont dans le Top10 sont très forts et cela prend du temps et demande beaucoup de patience pour en faire partie. Il faut cerner parfaitement la catégorie. Elle demande des choses très différentes que celles du MotoGP. Le niveau technique, par exemple, est très semblable à tous les pilotes. Tous les détails comptent et ce sont vraiment les pilotes qui font la différence ».

« La pression joue aussi son rôle car tout le monde attend d’un pilote MotoGP qu’il soit devant. C’est tout sauf simple ». Voilà Sam Lowes et Hector Barberá prévenus, eux qui tenteront de se refaire une santé en Moto2 après une campagne en MotoGP décevante. Reste que le Britannique semble être taillé pour cette catégorie au vu de l’ampleur de l’échec de sa première et seule campagne dans la catégorie reine. Nous verrons pour Barbera, qui n’a jamais connu cette Moto2 puisque l’Espagnol est issu de la 250cc.

Tous les articles sur les Pilotes : Hector Barbera, Sam Lowes

Tous les articles sur les Teams : CarXpert Interwetten, Pons HP 40