La première partie de saison de l’usine Ducati a été marquée par la frustration et la déception. Les bons résultats semblaient à porter de main voire même acquis avant que des erreurs et des circonstances de course plongent les rouges dans la désillusion. La plus grande aura été vécue en Argentine. Une échéance qui a laissé des traces et scellé le sort d’Andrea Iannone.

Si on avait des doutes sur le sujet, Paolo Ciabatti les a dissipés lors d’un entretien sur crash.net. Ce qui s’est passé en Argentine entre les deux pilotes d’usine assurés de monter sur le podium avant un suicide collectif en vue du drapeau à damiers : « pour toute l’équipe, ce que l’on a vu était quelque chose que l’on n’arrivait pas croire » se rappelle l’homme des stands. « Ce sont des choses qui arrivent et elles arrivent dans d’autres équipes. Lorsque ça se passe au départ, c’est décevant mais à deux virages du but, alors que la deuxième place et la troisième position sont acquises, le sentiment est encore bien pire. La désillusion a été grande et elle a été difficile à accepter et à digérer. C’est la déception la plus profonde que l’on a vécue depuis des années ».

On rappellera les faits : une attaque à la hussarde de Iannone sur l’équipier Dovizioso terminée par un accrochage qui élimine les deux Ducati officielles qui se présentaient devant le drapeau à damiers du Grand Prix d’Argentine : « mais bon ça arrive et il faut faire en sorte que ça ne se reproduise plus. En Argentine, on a avait opté pour de bonnes stratégies, on avait fait une bonne course et on s’apprêtait à savourer le second podium de la saison. Mais tout s’est écroulé ».

Il poursuit : « les mécaniciens travaillent dur pour les pilotes, et avoir deux pilotes sur un podium c’est une victoire pour toute l’équipe. Là on n’a rien célébré du tout et on a fait nos bagages pour l’Europe dans cette ambiance lourde. Nous avons discuté avec les pilotes. On n’a blâmé personne mais on a été clair sur le fait que Ducati passait avant toute chose. Un bon résultat pour Ducati était plus important qu’un bon classement individuel. On a fait passer le message ».

Depuis, Iannone et Dovizioso sont restés à distance l’un de l’autre. Mais depuis l’Argentine, Ducati cherche son bon résultat : « on avait une opportunité de gagner au Qatar, on a eu des possibilités au Mugello, au Mans et à Assen Petrucci était bien parti puis Dovi a chuté peu après Rossi alors que les deux pilotes étaient au-dessus du lot. Nous avons été en mesure de gagner un Grand Prix. Mais à ce jour, ce n’est toujours pas fait. Il faut le faire lors de la seconde partie de la saison. Nous aurons des opportunités ». A commencer dès le week-end prochain en Autriche sur un Red Bull Ring qui a révélé être un terrain de jeu pour Desmosedici lors des tests préliminaires : « pour l’instant, c’est un pilote sur une Ducati privée qui est le meilleur représentant de la marque. C’est bien pour cette équipe, mais c’est dommage pour nous ». Autant dire que ça ne saurait durer !

Tous les articles sur : Andrea Dovizioso, Andrea Iannone