C’est plus un rappel au règlement qu’une nouvelle sanction qui a été révélé par les organisateurs du MotoGP, avant que le monde des Grands Prix ne s’en aille affronter sa campagne outre-mer. Il s’agît des comportements répréhensibles pouvant nuire à la réputation et à l’intégrité du championnat.

Un vaste domaine qui inclut le comportement des pilotes sur la piste. Ces derniers expriment parfois leurs sentiments avec force gestes. Il leur faudra à présent plus que jamais rester sobres. D’abord, c’est le doigt d’honneur qui a agacé, et on se rappellera que l’un des derniers avant le resserrage de boulons a été fait par un Valentino Rossi à Misano excédé de trouver Aleix Espargaró sur sa trajectoire lors d’une séance d’essais libres. Comme quoi, ça arrive même au meilleur qui, par ailleurs, aime la discipline et le savoir vivre au sein de ses troupes. Demandez à Romano Fenati…

Ensuite, on l’a vu à Aragon, il est jusqu’au geste le plus discret qui soit qui sera sanctionné. A nouveau, c’est au sein de l’entourage VR46 que l’on a découvert cette tolérance zéro avec un Nicolo Bulega sortant sa botte du carénage pour signifier en Aragon, lors des essais en Moto3, un mécontentement à l’encontre de Jorge Martin. Bref, il va falloir rester sobre sous peine de sanction. Le jeune Bulega a ainsi eu droit à une amende de 300 euros. Silence dans les rangs ?

Pas tout à fait. Cal Crutchlow s’est exprimé sur le sujet et regrette que l’on mette à l’index le doigt d’honneur car, pour l’expansif Britannique, un pilote a droit à son expression corporelle une fois sur la piste, en vue de communiquer à qui de droit son sentiment sur le moment. Et c’est le seul à avoir donné ainsi son avis.
Un avis recueilli par Oriol Puigdemont pour Motorsport : “Tout cela a été créé parce que c’était Valentino à Misano, Rossi a fait un doigt à Aleix Espargaró parce qu’il lui avait barré la route, et qu’il l’a fait aux yeux de tous et que tout le monde l’a vu. Mais je pense que Vale avait raison, de sorte qu’il a le droit de s’exprimer. En outre, cela se produit à chaque séance d’entraînement et il importe peu ce qui devra être payé. Celui qui veut faire un doigt ne pas être passible de plus que d’avoir une amende.”

Apparemment, les gestes de Crutchlow ont encore de beaux jours devant eux…

Tous les articles sur : Cal Crutchlow, Valentino Rossi