Le titre est dur, mais le sort n’est pas enviable. Celui-là concerne un Dani Pedrosa, en MotoGP depuis 2006 et toujours sur Honda mais sans le moindre titre mondial. 28 victoires, bientôt 31 ans, trois fois vice-champion du monde et actuellement dans l’ombre de Marc Márquez après avoir été remisé dans un coin par Casey Stoner. Expérimenté, peu sujet à la polémique, c’est le gendre parfait pour le team. Et l’équipier modèle.

Et c’est ce dernier aspect qui semble lui assurer sa carrière au sein d’une des meilleures équipes officielles du plateau. C’est même par cet angle qu’il a pu prendre langue avec Yamaha qui l’a aussi utilisé comme contrepoids à un Viñales qui tentait de négocier à la hausse la proposition soumise depuis Iwata. Une opération réussie par les trois diapasons.

Vue d’esprit ? Non, et c’est Mick Doohan qui appuie l’argument sur Motorsport.es. Pour le champion retraité, si Pedrosa poursuit sa route chez Honda, c’est parce que Marc Márquez l’a adoubé : « je n’ai pas été au cœur du scénario qui a abouti à ce contrat, mais la décision de garder Pedrosa a été avant tout stratégique. Dani a été un bon numéro deux pendant des années, il n’a jamais gagné de titre. Il répond parfaitement aux désirs de Márquez de ne pas avoir de pilote qui lui fait de l’ombre. Honda a renouvelé son contrat pour satisfaire Marquez ».

Qui a encore à craindre de Pedrosa ? Il pointe quatrième au championnat à mi-saison avec 96 points soit à 74 longueurs de son équipier leader. Il est monté deux fois sur la troisième marche du podium et s’est qualifié une fois en première ligne.

Tous les articles sur : Dani Pedrosa, Marc Marquez