Danilo Petrucci, c’est un peu le bon gars du paddock…

Toujours abordable et souriant, il arbore souvent l’attitude du nounours un peu gauche perdu au milieu des tops guns. Mais qu’on ne s’y trompe pas, le policier le plus rapide d’Italie sait tourner la poignée des gaz, en particulier sur le mouillé, quand l’adhérence précaire réclame plus une paire de choses que des réglages sophistiqués.

En témoignent ses quatre podiums acquis l’année dernière au Mugello, à Assen, Misano et au Japon, le tout au guidon de la même GP17 que ses collègues officiels.

Le bilan est donc globalement positif puisque l’Italien, s’il concède 13 points à son homologue majorquin, est monté une fois de plus sur les marches que Jorge Lorenzo, celui dont Ducati s’est acquis les services à prix d’or.

A priori, de quoi faire grincer les dents au pilote Pramac, surtout quand il est interrogé sur le sujet dans l’émission Tutti Convocati de Radio 24, mais ce serait oublier le côté bonhomme de l’individu… voire même philosophe !

Danilo Petrucci : « Je gagne 50 fois moins que Lorenzo ? Pour l’instant, il est facile de dire que l’argent ne fait pas le bonheur. Nous sommes 23 ou 24 très bons pilotes et nous avons tous très envie de gagner quelque chose qui va au-delà du salaire qu’ils nous paient, mais je reconnais que cela m’a donné le goût de devancer ceux qui gagnent beaucoup plus que moi. Je pense alors “tu gagnes plus d’argent, mais ce soir je vais être plus heureux parce que je t’ai laissé derrière” ».

On se console comme on peut…

Cette année, Danilo Petrucci disposera en début d’année de la même moto qu’Andrea Dovizioso et Jorge Lorenzo. Ensuite, ce sera en fonction de ses résultats, comme l’a déclaré Gigi Dall’Igna lundi dernier: « Danilo aura notre moto et nous déciderons du type de développement à effectuer en fonction de la saison. S’il devait se trouver en mesure de se battre pour la victoire, alors nous lui donnerions tout ce dont il a besoin ».

Il est parfois ingrat d’être pilote satellite…