Le moment le plus mémorable

Des trois victoires remportées par Ducati au Qatar, la victoire de 2007 est sans doute la plus mémorable au cœur des Ducatisti. Cette année-là, la première “course dans le désert” a commencé une saison marquée par d’importants changements de règles. Les moteurs ont vu leur cylindrée réduite de 999 à 800cc, le nombre de pneus par course a été limité et la capacité du réservoir de carburant a été fixée à 21 litres. C’était la première course de Casey Stoner avec Ducati …. et le résultat n’aurait pas pu être meilleur.
La longue ligne droite à Losail s’est transformée en un test pour les nouveaux moteurs, un test dans lequel la Ducati a été victorieuse à chaque fois. Peu importait l’endroit où elle sortait du dernier virage dans la ligne droite : en quelques mètres, la Desmosedici dépassait toutes ses rivales avec une incroyable démonstration de puissance. Ce jour-là, Stoner a remporté sa première course en MotoGP, commençant un parcours qui le mènera au titre de Champion du Monde.

Données Qatar

C’est la 15ème fois qu’un GP aura lieu au Qatar, la 12ème fois que cette course ouvre le championnat, et la 11ème fois qu’il aura lieu la nuit. Les projecteurs du seul circuit permanent au monde doté d’un éclairage artificiel éclairent une surface équivalente à 70 terrains de football et nécessitent 5,4 millions de watts d’électricité, soit l’équivalent de l’alimentation électrique de 3 000 foyers. Ducati s’est emparé du record d’être la première moto à remporter un GP nocturne lorsque Casey Stoner a remporté la victoire en 2008.
La ligne droite de 1068 mètres de long permet d’atteindre des vitesses de pointe de 350 km/h – 217 mph – et Ducati a été la moto la plus rapide du GP du Qatar pas moins de neuf fois. L’année dernière, les cinq motos les plus rapides étaient des Ducati. Le freinage en fin de ligne droite est le deuxième plus dur de l’ensemble du championnat, nécessitant des pressions de 8 kg pendant 5,1 secondes en parcourant une distance de 290 mètres.
Le Qatar appartient au groupe de circuits ayant la plus grande consommation d’essence et a la particularité que le vent souffle le sable du désert sur l’asphalte, salissant la piste et rendant l’adhérence en dehors des trajectoires discutable, et créant une surface extrêmement abrasive pour les pneus.

L’anecdote 

Quand le Qatar a rejoint le calendrier MotoGP en 2004, personne ne s’attendait à ce que la pluie soit un problème, mais cela a été le cas et reste une complication sérieuse pour l’organisation de la course. L’éblouissement des projecteurs sur l’asphalte mouillé gêne la visibilité et, avec la sorte de boue qui se forme avec le sable sur l’asphalte, a empêché la course de se dérouler dans des conditions humides. En 2009, il a commencé à pleuvoir quelques instants avant le départ de la course, et une décision sans précédent a été prise de retarder la course jusqu’à lundi soir. Pour la première fois dans l’histoire, un GP a eu lieu en dehors du week-end…. et le vainqueur a été Casey Stoner sur sa Desmosedici.

Les zones de dépassement

La ligne droite principale et le freinage en fin de ligne droite sont des endroits idéaux pour gagner des positions à Losail. L’aspiration permet l’inertie nécessaire pour dépasser un concurrent ou pour s’approcher assez près pour tenter un passage au freinage. Ceci, ainsi que les différentes trajectoires qui sont possibles dans le premier virage, en font la principale zone de dépassement. Dovizioso est un expert sur ce point : l’année dernière, il a dépassé Iannone, Márquez et Viñales à deux reprises. Le virage 6, le virage le plus lent au Qatar qui est pris en dessous de 70 km/h -44mph-, est un autre endroit favori pour récupérer des positions. Le dernier virage est une zone où, pendant des années, aucun dépassement n’a été fait, mais où, dernièrement, des échanges de positions ont eu lieu.

Le point critique

S’il y a un virage à Losail pour lequel tous les coureurs ont un certain respect, c’est le virage 2. C’est un virage à gauche que les pilotes abordent 38 secondes après le précédent gauche, avec une baisse de la température de la gomme qui réduit l’adhérence. C’était la cause de l’accident de Johann Zarco l’année dernière lorsqu’il a mené le GP.
Sur les 14 chutes survenues lors de la course l’an dernier en MotoGP, cinq ont eu lieu dans le deuxième virage, deux dans les numéros 4, 10, 14 et 16, et une dans le 5e virage.

Dovizioso au Qatar

Andrea a terminé deuxième lors des trois dernières courses disputées au Qatar. En 2015, il s’est battu pour la victoire sur Rossi jusqu’au drapeau final. En 2016, il a gagné la deuxième place sur Márquez dans le dernier virage, et l’année dernière, il s’est battu avec Viñales pour la victoire jusqu’au dernier tour. Il a obtenu sept podiums au Qatar, la piste où il est monté sur le podium le deuxième plus grand nombre de fois après ses huit podiums au Mans. Sa meilleure position sur la grille est la pole position qu’il a obtenue en 2015, la seule fois où il est parti de la première ligne de la grille au Qatar ; il est parti neuf fois de la deuxième ligne. Bien qu’il n’ait jamais réussi à gagner à Losail, il est le favori pour gagner.

Lorenzo au Qatar
Jorge a remporté 6 victoires au Qatar. Il est le pilote qui a remporté le plus de victoires sur ce circuit et le seul pilote à avoir remporté trois catégories (2004 en 125cc, 2006 et 2007 en 250cc et 2012, 2013 et 2016 en MotoGP). C’est aussi le pilote qui est monté sur le podium le plus grand nombre de fois -11 – avec un total de 8 pole positions, le point culminant étant 2008, sa première course en MotoGP, ce qu’aucun autre pilote débutant n’a réussi à faire depuis. Le tracé qatari s’adapte parfaitement au style de Lorenzo et fait de lui l’un des favoris à la victoire.

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso, Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team