C’est en 2012 qu’Andrea Dovizioso effectua son unique saison sur Yamaha, après quatre saisons en MotoGP sur Honda, et avant de passer en 2013 sur Ducati. 2012 a été une saison mémorable pour l’équipe Tech 3 durant laquelle au moins un pilote est monté sur le podium dans presque 50% des courses, avec Andrea Dovizioso et Cal Crutchlow.

« Ça a été une année incroyablement bonne », se souvient Hervé Poncharal. « Nous disons toujours que Dovi était peut-être le meilleur pilote avec lequel nous ayons jamais travaillé. Il avait été rétrogradé d’une équipe d’usine à un team satellite, mais il ne s’est jamais comporté comme s’il avait été rabaissé.

« Il était habitué à des choses qu’il n’avait pas avec nous et il ne s’est jamais plaint une seule fois. Or il aurait pu. En termes de salaire, d’organisation, de logistique. Il a été incroyable. Il a fait beaucoup de podiums avec nous et a souvent défié les pilotes d’usine sans disposer du même équipement.

« Je me souviens qu’il a demandé à plusieurs reprises la possibilité d’avoir un meilleur soutien, d’avoir du matériel d’usine, d’avoir la possibilité de rester avec nous avec du matériel d’usine complet. Mais ça a été refusé.

« Beaucoup de gens dans le paddock le voyaient comme un ” B “. Je ne veux pas avoir l’air prétentieux en disant : « Nous savions ». Mais honnêtement, ce qu’il a fait avec nous, la façon dont il travaillait, les réactions et les commentaires que nous recevions de lui étaient incroyablement précis et impressionnants. Ce que nos pilotes disent n’est pas très souvent utilisé. Ils [Yamaha] se concentrent sur les pilotes d’usine.

« Il a été intelligent. Cela aurait pu être la fin de sa carrière parce qu’il est passé de l’équipe d’usine Repsol Honda à une équipe satellite. Mais de la façon dont il travaillait avec nous, j’étais sûr qu’il allait avoir d’autres opportunités.

« Je me souviendrai toujours avant le Grand Prix de Saint-Marin quand il nous a invités chez lui. La façon dont il vivait était incroyable. C’est un mec complètement normal. Il a une maison qui est une belle maison – mais n’a rien de clinquant, comme celle d’une superstar. Il a une voiture normale. Il vivait avec sa mère et sa fille.

Il nous a montré son petit atelier, parce qu’il aime le motocross. Il travaille lui-même sur sa machine de motocross. 

« Il a fait le barbecue lui-même. Il a fait ses courses, a tout ramené pour nous tous. Pas beaucoup de pilotes le font. Nous l’avons vraiment apprécié. C’est un homme super gentil et un excellent pilote. »

En 2012, « je pense qu’il a beaucoup aimé cette année. Il a aimé la Yamaha. À ce stade, son rêve était d’obtenir le support d’usine complet de Yamaha. Il serait resté [s’il avait eu ça] », dit Poncharal. « Nous en avons beaucoup parlé.

« Il me disait toujours – et ce n’était pas une attitude prétentieuse de sa part – « Je ne crains personne. Je peux faire le travail. Mais j’aimerais vraiment avoir l’opportunité d’être dans une équipe officielle avec une usine qui me suit.

« Quand il était à la HRC, il était le pilote numéro trois. Il aime le côté technique et le développement – peut-être à cette époque-là plus que le pilotage. Maintenant je pense qu’il aime peut-être piloter plus que le côté technique.

« Je pense qu’ensuite Dovi est peut-être allé au meilleur endroit possible pour lui parce que Ducati était un peu perdu au moment où il les a rejoints. Ce n’était pas facile. Leur montrer ce qu’il leur a montré a donné un coup de pouce à l’usine et l’usine lui a donné tout ce qu’il voulait. »

Concernant 2017, « Je suis très content pour lui. Je pense qu’il le mérite. Il montre que quelqu’un qui travaille dur avec un ego pas nécessairement incroyable peut être là. Ce qu’il a fait en gagnant six courses, en particulier au Japon – où presque personne ne peut faire ce que Marquez fait dans ces conditions – et en le battant à la fin, c’est quelque chose de spécial.

« Quand un homme est heureux, il donne plus. Et quand il sent qu’il est soutenu et digne de confiance, il donne plus. C’est la première fois que Dovi se trouve dans une position où il se sent en confiance. Enfin, il voit le fruit de son travail et finalement cela lui a donné un coup de pouce supplémentaire.

« Aussi parce qu’au fond de lui-même, ayant entendu toutes les remarques comme « Tu ne seras jamais un Lorenzo, Rossi ou Marquez » – même si tu ne le penses pas, mais que tu le lis encore et encore – peut-être commenceras-tu à te voir en tant que pilote “B”.

« Mais maintenant, un Champion du Monde – Lorenzo – est arrivé et il l’a battu ! C’est sûr que cela l’a aidé à se réveiller et à dire, « Je peux le faire ! Et c’est l’année. » Je suis content pour lui. »

Photo © Tech 3

Source : Crash.net

Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Monster Yamaha Tech3