Le Champion du Monde de Moto2 Franco Morbidelli va faire ses débuts en MotoGP cette année au sein du même Marc VDS Racing avec qui il a conquis son titre. Des premières armes qui s’accompliront sur une Honda RC213V version 2017 et un équipier Lüthi qui connaît la même promotion après avoir été son challenger dans la catégorie intermédiaire. L’espoir italien qui est aussi un représentant brésilien est le produit d’une VR46 Academy, le premier à atteindre l’élite. Il est donc déjà bien encadré mais pour autant, il est ravi de découvrir une ressource interne à l’écurie en la personne de Stefan Prein.

C’est un homme de l’ombre pour une fonction stratégique : celle de coacher les pilotes. Généralement, cette délicate mais essentielle tâche est accomplie par une personne sortie de l’entourage même du champion. Mais chez les Belges, on a déjà ce qu’il faut en magasin avec l’Allemand Stefan Prein.

Né le 27 octobre 1965 à Wuppertal, dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne, Stefan Prein est un ancien pilote allemand de Grand Prix. Il est entré sur la scène internationale lors du championnat du monde 1988 en faisant le Grand Prix moto d’Espagne et il a stoppé son aventure à la fin de la saison 1995 sur le circuit de Catalogne. Lors de la saison 1990, il obtint l’unique victoire de sa carrière au Grand-Prix de Yougoslavie.

Pas de quoi, a priori, défrayer la chronique, et pourtant… « le Marc VDS Racing est une grande équipe » assure Morbidelli sur Speedweek. « On a ainsi l’occasion de travailler avec un ancien pilote du championnat du monde en la personne de Stefan Prein. Il nous aide beaucoup. Parfois, vous rencontrez des difficultés sur la piste, vous avez du mal dans certains virages ou lors de votre approche globale. Il est toujours là pour nous dans ces moments. C’est aussi une personne généreuse. Il est toujours heureux et très ouvert. Il donne à l’équipe un influx positif. Stefan est une bénédiction ».

Carrément. Et de l’autre côté du box, Alex Márquez n’est pas plus une malédiction : « Entre Alex et moi, nos relations ont toujours été bonnes. C’est un pilote très professionnel. J’ai appris de lui de ce point de vue. Lorsqu’il est dans le stand, il est très méticuleux. J’essaie de faire comme lui. Tout s’est bien passé entre nous ».

Le même Alex Márquez remettra ça cette saison en Moto2 avec un nouvel équipier que certains voient comme le futur phénomène : Joan Mir.