Honda vs Ducati dans les coulisses, épisode 2 !

Dernièrement, le vice-président du HRC Shuheï Nakamoto s’est agacé du costume de censeur que Ducati a voulu faire porter à la marque japonaise au sujet du bannissement des ailerons à la fin de cette saison. Une interprétation spécieuse, sur fond de neutralisation d’un concurrent qui a travaillé sur l’aérodynamique des motos. Mais pour Honda, c’est en fait l’inflexibilité de Ducati dans le débat ouvert sur l’évolution des appendices qui a abouti à leur interdiction. En résumé, la faute en revient non pas à Honda mais à Ducati (voir ici) !

La seconde salve nous vient maintenant de l’homme de terrain du HRC, Livio Suppo. Ce dernier attaque, cette fois frontalement, Gigi Dall’Igna, qui préside aux destinées des rouges dans les paddocks. Une sortie qui ne manque pas de sel lorsque l’on se souvient que le même Suppo a travaillé chez Ducati du temps du titre de Stoner… Justement, il commence ses propos en se souvenant du temps passé, en rendant hommage à l’ancien taulier Filippo Preziosi : « il est évident que Ducati doit prendre des risques techniques pour compenser son manque général de moyens par rapport à Honda » raconte l’Italien sur SportRider.

Livio Suppo: « Ducati n’a pas les mêmes ressources. Mais depuis l’arrivée de Gigi Dall’Igna, la philosophie et les méthodes ont changé ». Il développe : « lorsque l’on est un constructeur de moindre importance que Honda, on se doit de prendre des risques techniques pour faire la différence. Et c’est ce que Ducati a fait en explorant de nouveaux domaines, en faisant des paris. Filippo Preziosi l’a fait en prenant Bridgestone alors que tout le monde était en Michelin, pareil en faisant un moteur 800cc débordant de puissance qui avait du mal à s’accorder avec le cadre, mais qui a tout de même été titré avec Stoner. C’était des risques et des solutions alternatives ».

Certes, mais avec Gigi Dall’Igna, on a les ailerons et des Desmosedici maintenant quasiment (presque) dans le coup partout. Alors ?
Alors, ce n’est pas pareil… « Depuis que Gigi Dall’Igna est arrivé, c’est différent. Gigi cherche toujours une faille dans le règlement pour l’exploiter et en tirer tout l’avantage possible ».

Bref, l’un travaillait dans l’esprit alors que l’autre cherche à interpréter la règle pour gagner. Les deux hommes auront l’occasion de se croiser dans quelques jours au Motegi.
On a eu droit à un Nakamoto traitant de fait le rival italien de menteur sur le déroulé de la décision menant à l’interdiction des ailerons. Voici à présent qu’ils ne sont pas loin d’être des tricheurs…

Tous les articles sur : Dani Pedrosa, Marc Marquez