Par Luigi Ciamburro  / Corsedimoto.com

Le premier bilan de la saison de Cal Crutchlow, la question du bras oscillant et les difficultés à maintenir une équipe.

D’abord mécanicien, puis pilote 125cc avec sept victoires et enfin team manager capable de faire faire ses débuts en MotoGP à un nom prestigieux comme celui de Casey Stoner (c’était en 2006), Lucio Cecchinello est un livre d’histoire qui a encore beaucoup de pages à écrire, une icône du paddock qui, en toute occasion, sait faire parler son cœur avec sincérité et son esprit avec disponibilité. Un personnage qui se débrouille bien au Championnat du Monde, toujours à la disposition de tous, qui ne se cache pas derrière ce mur de la diplomatie “médiévale” et vous demande impérativement de lui donner du “tu”. Avec le patron du team LCR, nous avons abordé les méandres des contrats, fait une évaluation provisoire du début de la saison à Cal Crutchlow, discuté de la relation avec Honda et des difficultés à gérer un team satellite en MotoGP.

Dans cette période de turbulences sur le marché des pilotes, où en est la situation contractuelle de Takaaki Nakagami ?

« Nakagami a un contrat jusqu’à la fin de 2018 avec option pour 2019. Honnêtement, je ne connais pas les termes du contrat ni l’expiration de l’option, mais je peux dire qu’il est plus raisonnable de penser que Honda renouvellera sous peu pour 2019. Ce n’est pas une décision sous mon contrôle, mais je suis presque certain que le contrat sera renouvelé ».

Première évaluation provisoire de ce début de saison de Cal Crutchlow ?

« Positif, bien qu’il y ait eu des hauts et des bas. Nous savons tous que Cal est un pilote très vaillant, dans le sens où si je dois le comparer à l’un des pilotes qui étaient mes héros quand j’étais enfant, je le comparerais à Kevin Schwantz, dans le sens qu’il est un pilote qui ne peut pas se retenir: lorsqu’il voit un trou, il se lance et fait souvent un chef-d’œuvre, mais d’autres fois c’est un désastre. Le bilan est positif car il a terminé quatrième au Qatar, un excellent résultat pour une équipe comme la nôtre. En Argentine, il a remporté une course, sa troisième victoire en carrière. Au Texas, il a chuté parce qu’il avait pour objectif de monter sur le podium, il était sixième quand il a chuté pour essayer de se débarrasser de Dovizioso et de ne pas laisser Valentino s’échapper. En Espagne, il a pris la pole position, il a fait de bons tests, puis, malheureusement, il a chuté. En France, il a fait une huitième place malgré sa condition difficile parce qu’il était tombé durant les essais. Au Mugello, une sixième place décente malgré les difficultés avec le pneu avant et en considérant que nous lui avions dit : ” Je te demande de finir la course absolument “. Nous pouvons dire qu’il a toujours été le meilleur privé, donc le bilan est positif pour nous ».

Crutchlow s’est plaint il y a quelques semaines de l’absence d’un bras oscillant en carbone. Dans quelle mesure l’absence de cet élément a-t-elle affecté ses résultats ?

« Nous n’avons jamais eu le bras oscillant en carbone pour le tester et obtenir des commentaires avec son style de pilotage. Il semble qu’il améliore légèrement la sensation avec l’arrière et à l’inclinaison maximale, il y a un peu plus d’adhérence. Cependant, je ne pense pas que nous aurions fait de grandes courses grâce au bras oscillant en carbone ».

Pourquoi Honda ne vous a pas encore accordé le bras oscillant en carbone ?

« Honda a produit trois prototypes et en a mis deux chez Marquez et un chez Pedrosa. Ces prototypes ayant été couronnés de succès, maintenant le “prototypage” doit passer à la production. Ce processus de travail pour répliquer le bras oscillant en carbone en série est très complexe car il dépend non seulement de Honda mais aussi des fournisseurs de Honda. La qualité du produit pour eux doit être au-delà de tout seuil imaginable, c’est pourquoi Honda attend que les fournisseurs livrent ce matériau. Ce n’est pas une mauvaise volonté de Honda envers nous, mais Pedrosa en a aussi un et attend le deuxième ».

Vous attendiez-vous à l’arrivée de Jorge Lorenzo chez Honda ?

« Je ne m’attendais pas à voir Lorenzo sur la Honda, nous avions entendu parler davantage de Lorenzo chez Suzuki que chez Honda. Marquez est un grand professionnel, tout comme Lorenzo au-delà qu’il peut être sympathique ou désagréable, ce n’est pas à moi de juger. Honda a fait ce qu’il fallait : il y a un multi-champion du monde du MotoGP libre sur le marché, et sur la balance a été  mis le renouvellement de Pedrosa pour la 14ème année consécutive ou conclure une ère et faire deux ans avec Lorenzo, en attendant l’arrivée d’un jeune pilote fort qui pourrait éventuellement remplacer Marquez ou Lorenzo en 2021. Je pense qu’ils ont fait le bon choix, parce que Joan Mir aurait été disponible parmi les jeunes, mais imaginez qu’il vienne dans l’équipe de l’usine et qu’il doive ensuite faire son expérience nécessaire. Si Mir devait bien faire avec Suzuki pendant ces deux années, il n’était pas exclu qu’il puisse être contacté et engagé par Honda ».

Ces jours-ci, nous vivons les difficultés de l’équipe Marc VDS… A quel point est-il difficile de maintenir une équipe dans la catégorie reine ?

« C’est extrêmement difficile pour tout le monde. Nous sommes extrêmement engagés pour survivre mais grâce à une contribution de petites et moyennes entreprises, particulièrement impliquées dans le domaine de l’accessoire moto. En divisant les investisseurs et les investissements, nous pouvons aussi survivre grâce aux primes de la télévision ».

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Luigi Ciamburro

 email

Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda