Que les fans se rassurent : Andrea Dovizioso n’est pas (encore ?) vraiment en crise avec Ducati mais le pilote de Forli n’a certainement pas oublié le passé et, renforcé par ses récentes victoires et sa splendide saison 2017, escompte bien imposer ses conditions à la firme de Borgo Panigale au moment de renouveler son contrat.

Celui qui reste à l’opposé des valeurs du star-système a accordé une très intéressante interview au site ilgiornale.it qui en est le reflet flagrant : celui que tout le monde appelle Dovi s’en explique pour la première fois d’une façon aussi intime, en commençant par la couleuvre qu’il a dû avaler lorsque sa position chez Ducati a été mise en cause en raison de l’arrivée fracassante du champion du monde qui allait à coup sûr remettre la firme de Borgo Panigale au premier plan, un certain Jorge Lorenzo

Andrea Dovizioso entend rester un homme simple, discret et intègre, appliquant ainsi à la perfection le proverbe « pour vivre heureux, vivons caché », sans pour autant renoncer à son franc-parler !

Extraits…


Andrea Dovizioso : « Je n’ai pas lu de journaux ou écouté les commentaires à la télévision depuis des années. Je n’avais pas la possibilité de me défendre, j’étais dans une position désastreuse, la substance ne ressortait pas. Ils s’intéressaient à des gens qui ont obtenus des résultats inférieurs aux miens mais avaient plus de caractère. »

La couleuvre est avalée, mais pas oubliée…
« En fait, je me bats. Par exemple, ma relation avec Ducati : c’est très compliqué car je ne fais pas trop de compromis. J’avais un objectif et un travail sur plusieurs années. Les résultats ont montré que le compromis était juste. Mais sur le plan humain, je ne l’accepte pas. »

Le compromis avec Ducati était …
«Économique. Mais aussi sur les relations internes. Parce que je n’ai pas aimé du tout quand j’ai été exposé à tous les questionnements. »

Le contrat expire fin de 2018…
« Oui, et nous négocions déjà. Ce sera très compliqué d’être d’accord. Ce que vous décidez maintenant conditionnera immédiatement 2018… Nous verrons bien. »

A Valence, quand Lorenzo a ignoré les consignes indiquées par l’équipe, vous avez bloqué la polémique dès le début. Comme pour dire que rien ne s’était passé…
« Plus ou moins. »

Quelque chose était arrivé ?
« Oui. Mais au final, qu’est-ce qui aurait changé si j’avais forcé le sujet pour que Jorge soit encore plus mal ? L’important est que chez Ducati nous sachions comment les choses se sont passées et que cette situation soit payée au bon moment. »

Vous habitez Forlì et vous êtes chez Ducati en une heure. Comme si vous étiez un simple employé de l’usine…
« Je ne m’appellerais pas comme ça. Par respect pour ceux qui travaillent vraiment tous les jours. Mais une chose est vraie : dans le monde du MotoGP, les pilotes et les équipes peuvent se voir lors des courses et des tests, puis, peut-être pendant des mois, plus rien. Pas moi. Je voulais vraiment entrer dans les mécanismes Ducati et ils m’ont permis de le faire. C’est peut-être pour cette raison que le renouvellement est maintenant compliqué. Parce que je veux que certaines relations humaines s’améliorent, parce qu’il ne me suffit pas de parler d’argent, mais que je veux que ce qui ne va pas change. »

Qu’êtes-vous devenu pour les meilleurs pilotes du monde ?
«Jusqu’à cette année, j’étais considéré comme très fort mais à la fin de la saison, j’étais toujours le battu. Puis ils ont changé leur regard. Maintenant, ils savent que je suis l’un d’eux. »

Comment le savez-vous ?
« (Sourire) Ils ne sont plus distraits quand c’est à mon tour de parler lors des conférences de presse. »

Et comment les évaluez-vous ? Par exemple, Rossi.
«Vale est beaucoup de choses. Vous pouvez l’aimer ou le détester, mais il a attiré et passionné des millions de fans. Il est l’anomalie qui apparaît parfois dans le sport. C’est le Tomba du ski, c’est le Bolt de l’athlétisme. Cela a changé et conditionné notre monde et quand vous avez le pouvoir de le changer, cela signifie que vous êtes le roi de ce monde. »

Marquez ?
« Marc a repoussé les limites du pilotage de la moto. Avant lui, ceux qui prenaient le risque de tomber (aux essais) ne pouvaient plus profiter de la course. C’était comme si la course ou la performance étaient compromises. Marc a montré qu’il pouvait faire des erreurs sans affecter son niveau de performance. »

Êtes-vous sur les réseaux sociaux ?
« Je dois l’être. Mais juste le minimum. »

En plus de ne pas apparaître, vous vous critiquez ouvertement…
« Parce que je déteste ceux qui disent des mensonges. Et il y en a plein. Donc je dis tout, je me fiche des conséquences. »

Pilote d’usine et pilote-père…
“Sara a huit ans. Elle vit avec moi. Je suis un papa actuel. Les courses et les obligations me le permettent. Dès que je peux, je reste à la maison. Parfois, je me querelle avec la Ducati pour participer aux moins d’événements possibles. C’est seulement ainsi que je peux être plus présent à Forli et la suivre. Vivre beaucoup à la maison aide en tant que parent et aussi à tirer le meilleur parti de la moto. Pour un athlète, trop de distractions ne sont pas bonnes. »

Vous rendez-vous à son école ?
« Bien sûr. Et je parle aux professeurs. Le contraire serait étrange, n’est-ce pas ? »

Les parents vous demandent des autographes ?
« Ici, oui. Et en cela je me bats. Ils ont le personnage en face d’eux et ils sont comme en transe. Au lieu de cela, je voudrais juste leur dire que je suis comme eux, normal, rien de plus. »

Votre petite amie est très jolie mais on ne l’a voit jamais…
« Alessandra est comme moi. Nous vivons à l’écart. Parce que notre amour n’est pas social. Nous sommes ensemble depuis quatre ans et nous avons des projets importants. C’est aussi grâce à elle si j’obtiens maintenant certains résultats. La moto ne suffit pas, l’entraînement ne suffit pas, il faut surtout que chez soi tout se passe bien. En y réfléchissant, peut-être que je devrais être un peu plus social… L’autre jour, elle m’a dit : “Mais les gens ne savent même pas que nous sommes ensemble”. (sourire) »

Une promesse pour 2018 ?
« J’aimerais pouvoir dire que nous allons battre tout le monde et gagner, mais je ne peux pas. Bien sûr, nous pouvons bien nous comporter, mais il y a des aspects techniques qui doivent être améliorés maintenant, car il sera alors trop tard. C’est pourquoi je suis préoccupé. »

Par bien des côtés, Andrea Dovizioso nous fait penser à un certain Johann Zarco, une similitude que Guy Coulon avait déjà notée dans leur façon de travailler (voir ici)…

Le reste de cette excellente interview est à lire en italien ici