Jack Miller est un cas à part dans le monde des Grands Prix moto et c’est d’abord à sa trajectoire de carrière qu’il doit cette particularité. Celle-ci est qu’il a été amené en MotoGP par le HRC depuis une catégorie Moto3 où il était officiel KTM et où il luttait contre des Honda, le tout sans passer par la case Moto2. Un projet de trois ans qui devait démontrer qu’un pilote bien formé pouvait s’imposer parmi l’élite en grillant les étapes. Une expérience qui n’a pas convaincu, même si elle a eu ses moments probants. Mais le HRC a décidé d’arrêter les frais. Et c’est Ducati qui récupère l’Australien qui, depuis, a mûri.

Pour le coup, ce serait une belle affaire pour la marque italienne que de récolter les fruits de la formation Honda. Mais on n’en est pas encore là. Le vainqueur d’Assen 2016 est encore irrégulier et même si, à Borgo Panigale, on pense que Miller sera meilleur sous l’auvent Pramac, il reste encore beaucoup à prouver.

Par contre, ce qui est certain, c’est que le futur ex pilote Marc VDS Racing avec un contrat HRC arrive au bon moment chez Ducati : « j’avais la possibilité de rester là où je suis et ça n’aurait pas été une mauvaise décision, mais j’ai senti que c’était le bon moment pour changer quelque chose dans ma carrière. Et Ducati est cette opportunité » commente celui qui a la même nationalité que Casey Stoner.

« C’est excitant de se dire que l’on arrive chez Ducati au bon moment. On voit Dovizioso gagner avec la moto d’usine et la version satellite de la Desmosedici n’est pas si différente de l’officielle. J’ai un bon sentiment sur ce qui va suivre avec l’équipe Pramac Ducati. Tout ça arrive exactement quand il le faut ».

Jack Miller est actuellement treizième du championnat avec 43 points. Il fera équipe avec Danilo Petrucci qui pointe dixième avec 75 unités. Pour 2018, au sein du Marc VDS Racing, si on s’est déjà assuré des services de Franco Morbidelli, on n’a encore rien décidé au sujet du second pilote, étant entendu que l’actuel Tito Rabat est sur le départ vers Avintia Ducati.

Avant de se lancer dans le Grand Prix de Grande Bretagne de ce week-end, Jack Miller a déclaré: «  l’an dernier, mon week-end à Silverstone avait été compliqué à cause de la blessure que je traînais depuis l’Autriche. Cette année, je pars en Angleterre en pleine forme et avec de bonnes sensations après une semaine de sport en Andorre. C’est la première fois que je peux y retourner depuis le Grand Prix de la République tchèque et j’ai apprécié de pouvoir faire du vélo et vraiment m’entraîner. Nous devons nous remettre dans le sens de la marche car les deux dernières courses à Brno et à Spielberg ont été difficiles. Nous avions démarré le championnat en figurant régulièrement dans le top dix et nous devons y retourner ce week-end. »