Leur parcours reste anonyme et leur travail dans l’ombre. Ceux-là sont les hommes d’Aprilia qui ont quitté un Superbike où ils ont collectionné titres et victoires pour un sort de sans grade en MotoGP. Besogneux, ils s’accrochent à une ambition refusée par Kawasaki et, à Jerez, ils ont bien l’intention de franchir un cap avec de nouvelles évolutions. Et même, peut-être, des ailerons.

Voilà qui ne va pas faire plaisir à un Dani Pedrosa qui mettrait bien du plomb dans l’aile à cette mode qui veut voir les ailerons faire florès sur les motos. Pour l’instant, il n’y a que Suzuki et Aprilia qui n’ont pas succombé à la tentation de l’appendice. Mais dès ce week-end, à Jerez, il se pourrait bien que seules les motos d’Hamamatsu restent vierges de toute excroissance.

Certes, il y aussi Honda dans l’absolu, mais au HRC, on travaille sur le sujet. A Noale, le thème semble entrer dans la phase des travaux pratiques. Pour le Grand Prix d’Espagne, les Italiens nous promettent en effet une RS-GP remaniée : « lors des trois premières courses, nous avons été en mesure de collecter un grand nombre d’informations qui ont mis en lumière les secteurs où nous devons le plus progresser » raconte sur crash.net le manager d’Aprilia Racing, Romano Albesiano.

« Partant de là, nous avons lancé des évolutions qui nous utiliserons lors des Grands Prix européens. Ce sera le cas dès ce week-end à Jerez où nous aurons des nouveautés en matière de châssis, d’électronique et d’aérodynamique ». Aérodynamique ? Les ailerons sont ici suggérés.

« Jerez est un tracé qui convient très bien à Álvaro et il y a obtenu un bon résultat l’an dernier. Stefan est dans une bonne phase, comme le montrent ses résultats » explique le patron qui est heureux de la septième place conquise par l’Allemand en Argentine. « Nous espérons une progression dans les performances à Jerez ». Les deux pilotes Aprilia sont respectivement quatorzième et quinzième au classement général provisoire après trois courses disputées.