Foudroyé par un complexe syndrome de Gilbert, le pilote Tech3 Jonas Folger a été contraint de finir prématurément sa première saison en MotoGP pour retrouver ses forces. Pris en charge par son entourage, encadré par son manager Bob Moore et suivi de près par le docteur Riccardo Ceccarelli, l’Allemand a semble-t-il passé ce mauvais cap. Il conviendra cependant de confirmer ces bonnes dispositions lors des prochains tests à Sepang qui marqueront la rentrée du MotoGP et la fin de la trêve hivernale. Une heure de vérité aussi attendue par le patron Hervé Poncharal qui n’a pas vu son pilote depuis le Motegi, en novembre dernier…

Le Français ne l’a pas vu, mais il a été tenu régulièrement au courant de la situation par téléphone. Sur Speedweek, il rassure : « pourquoi me serais-je déplacé pour aller voir Jonas ? Je vis dans le sud de la France et lui en Bavière. Tout le monde m’a dit qu’il avait besoin d’être protégé. Aller le voir se serait résumé à une poignée de mains et m’entendre dire que sa convalescence se passait bien. On peut aussi apprendre ça par téléphone. Jonas m’a assuré qu’il était très motivé et que la compétition lui manquait. Il m’a dit tout ce qu’un pilote vous dit habituellement lorsqu’il est forcé au repos ».

Mais à Sepang, le 28 janvier prochain, ce sera une autre histoire… « Jonas m’a dit qu’il était totalement remis et qu’il avait repris l’entrainement pour les tests en Malaisie. L’entourage de Jonas m’a juré que tout se déroulait selon le programme établi. J’attends maintenant Sepang et c’est là que je vérifierai comment il va. Et ce qu’il peut faire avec la moto. Après dix tours, je le regarderai dans les yeux et je verrai si ses chronos sont réguliers. Jusqu’à ces tests de Sepang, on ne peut rien dire sur sa forme réelle ».

Le line-up Tech3 pour 2018 sera le même que celui de 2017, soit composé de la paire Johann Zarco et Jonas Folger.