Jorge Lorenzo connaît une période délicate de sa carrière. Celle où, à maintenant un peu plus de 30 ans, il doit convaincre qu’il est toujours celui qui a remporté cinq titres mondiaux. Un CV qui lui a permis de décrocher un contrat en or chez Ducati. Mais après deux années peu convaincantes, la côte a sérieusement baissé, et il faut renouveler son bail. Quel argument Por Fuera peut-il avancer pour maintenir la confiance alors qu’il n’a toujours rien gagné au guidon d’une Desmosedici ? Il répond…

Jorge Lorenzo est-il toujours le Por Fuera qui le place parmi les meilleurs pilotes de Grand Prix au monde ? Il n’a rien gagné en 2017 et la campagne 2018 commence plutôt mal, à la suite d’une intersaison où il n’est guère apparu comme une menace potentielle pour les candidats au titre en MotoGP. A la différence exacte de son équipier Dovizioso contre qui il s’est agacé lors du Grand Prix d’Argentine. Ce dernier lui minerait son moral. Sur cette sortie, le Majorquin réplique sur Tuttomotoriweb : « je répondais à une question précise et pour comprendre la réponse, il faut savoir ce qui s’est passé avant ». Une énigme à la Lorenzo

Mais sur sa valeur en baisse sur le marché des transferts, que répondre ? « J’ai bien conscience que ma valeur est plus basse qu’il y a deux ans. Mais le monde sait aussi ce que Lorenzo est capable de faire lorsqu’il pilote une moto. Et après tout, je suis le seul à avoir gagné un titre mondial lors de l’ère Márquez. Par le passé, on a vu que seuls deux pilotes pouvaient faire la différence: Marquez et moi ». Une époque Marquez qui est plus que jamais en cours et durant laquelle c’est une Ducati qui répond présent à chaque Grand Prix… Pilotée par Andrea Dovizioso.