Il faudra s’y habituer. L’arrivée de KTM en MotoGP va s’accompagner de prises de position détonantes qui risquent fort d’en secouer plus d’un et de casser l’ambiance feutrée du MotoGP. Il est jusqu’au patron de marque Stefan Pierer de ne pas avoir sa langue dans sa poche. Sa dernière sortie sur Lorenzo et Ducati a donné le ton.

Stefan Pierer, c’est le grand patron de KTM. Son statut devrait le pousser au politiquement correct et à la prudence. Mais c’est tout le contraire. Demandez à Honda comment se passe la cohabitation en Moto3 et vous aurez des mines qui s’allongent. En 2017, KTM sera présent en Moto avec un châssis qui va faire grincer des dents du côté de Kalex. Mais la marque autrichienne sera aussi en MotoGP avec son projet RC16.

Une démarche ambitieuse. L’objectif des troupes en orange, c’est de coller au train très vite aux bleus de Suzuki puis de les dépasser et de jouer les podiums. Puis le titre. Aprilia craint déjà la comparaison dès le dernier Grand Prix de cette saison à Valence où les hommes de Mattighofen seront présents comme invités avec Kallio. Et puis KTM recrute à tour de bras du personnel qualifié chez la concurrence. A commencer par Honda.

Maintenant, il n’y a pas que ses concurrents Japonais que Stefan Pierer a dans le nez. Les homologues européens sont aussi dans le collimateur du patron qui a réservé sa dernière tirade à Ducati sur tuttomotoriweb.com : « Ducati a embauché Jorge Lorenzo pour 12 millions d’euros et pourtant ils ne sont pas certains de gagner car dès qu’il pleut, il est en crise. Dans ce cas, avoir la meilleure moto ne sert à rien. Nous, on préfère rechercher les futurs champions en Moto3 et Moto2, les former, les suivre. Des gens comme Stoner, Márquez ou Viñales ont roulé pour nous à leurs débuts. Maintenant, il y a Brad Binder ». Ce dernier semble promis à un bel avenir tandis que l’on notera le total oubli d’un Jack Miller. Rancunier Bierer ?

Tous les articles sur : Brad Binder, Bradley Smith, Jack Miller, Pol Espargaro