La saison 2016 n’est pas encore terminée que déjà la pression monte autour d’un Lorenzo qui rejoindra Ducati au terme du dernier Grand Prix de cette année à Valence. Que fera le Majorquin sur l’Italienne alors que jusque-là il n’a connu que des Yamaha ? La question est déjà posée par beaucoup.

Certains y répondent déjà comme un certain Cal Crutchlow, convaincu du mauvais choix fait par Ducati. Le patron de KTM a aussi des doutes s’interrogeant sur un pilote payé à 12 millions dollars seulement efficace sur piste sèche. Autant de Cassandres qui montre à quel point est grand le défi qui se présente devant Lorenzo.

Et ce dernier, qu’en pense-t-il ? Sur MotoGP.com, il a livré son sentiment en commençant d’abord par dédramatiser la situation : « c’est un grand challenge et je pense que beaucoup de gens s’attendent à ce que je me batte pour le Championnat avec cette moto. Mais le plus grand challenge de ma carrière a été mon arrivée dans le Championnat du Monde 125cc. Il fallait que j’obtienne des résultats pour continuer, il y avait de la pression et c’était un vrai challenge. Maintenant que j’ai été Champion du Monde cinq fois, je continue parce que j’aime ce sport et que c’est ma passion, mais honnêtement je n’ai plus vraiment de pression ».

Ceci dit, il pose les bases avec une allusion historique qui ne trompe personne : « nous verrons si je peux rapidement devenir compétitif sur la Ducati mais essayer de gagner avec une moto sur laquelle seul Casey Stoner a remporté le titre.  Si nous y arrivons, ce sera quelque chose d’historique ». Une histoire que d’autres ont échoué à écrire, comme Valentino Rossi par exemple. Mais le team Ducati au aussi depuis beaucoup changé : « je pense que c’était le bon moment pour le faire. Si vous deviez faire ce changement, c’était le bon moment parce que Dall’Igna est aux commandes et qu’avec lui Ducati peut se battre avec les marques japonaises ».

Reste à rassurer sur sa capacité à s’accorder avec des pneus Michelin qui cause du souci cette année et à s’accommoder avec la pluie : « je crois que l’un de mes points forts est ma capacité d’adaptation, à rapidement m’adapter à la moto. Nous verrons aussi comment ça se passera avec une autre machine. Il semble qu’il soit plus facile de jauger la limite avec la Ducati et leurs pilotes sont très rapides sous la pluie. Mais c’est quelque chose que nous verrons plus tard ».

Jorge Lorenzo n’aura que 48h00 lâchées par Yamaha au lendemain du Grand Prix de Valence pour faire le tour de la Desmosedici et donner ses indications pour l’avenir. On rappellera aussi que la future Ducati devra évoluer sans ailerons. Por Fuera est actuellement troisième du championnat à 66 points du leader Márquez et ne cache pas que son ambition principale est d’abord de finir sa campagne devant son équipier Valentino Rossi qui le devance de 14 points à quatre courses de la fin des hostilités.

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo