Jorge Lorenzo chez Ducati, ce n’est pas encore une histoire d’amour, mais les deux parties travaillent à la chose pour poser les bases d’une idylle. Pendant ce temps, celui qui est dans la famille depuis longtemps, soit Andrea Dovizioso, fait plus que du bon boulot puisque le voici en course pour le titre mondial cette année. Et sa dernière prestation en Autriche montre que ça n’a rien d’un accident. Alors Por Fuera doit s’y mettre, d’autant plus vite qu’il doit être digne de son CV et de son salaire. Dans un entretien à elespanol.com, il en appelle à Lionel Messi, Michaël Schumacher et même Tarzan pour que l’on comprenne sa situation…

Les métaphores, Jorge Lorenzo, ça le connaît. Et lorsqu’il faut expliquer une situation délicate le concernant, il est assez prolixe en la matière. Sur sa nouvelle période Ducati, il ne cache pas qu’il lui faut revoir ses gammes. Un travail de titan : « c’est comme si vous demandiez à Lionel Messi de jouer milieu de terrain. Il ne sera pas mauvais, mais ce ne sera plus le même. Il faut que je m’adapte et que je sois plus performant ».

Et Por Fuera rappelle un précédent dans les sports mécaniques… « Il a fallu quatre ou cinq ans à Michaël Schumacher pour être performant sur la Ferrai. Après, il a tout gagné. Et mon objectif est de faire de la Ducati, avec les ingénieurs et Gigi Dall’Igna, la meilleure moto sur la grille de départ ». Le meilleur est donc à venir et le nouveau carénage a été un pas : « il m’aide plus que Dovizioso et Petrucci parce que, eux, mettent moins de poids sur l’avant que moi. Et puis j’aime ce carénage, je trouve que ma moto ressemble à une Lamborghini ». Une autre comparaison originale…

Maintenant, où en est le Majorquin dans son parcours initiatique chez les rouges ? « Je pense que je suis à 85% prêt à présent ». Le premier succès ne devrait plus tarder. Mais malgré cette montagne à gravir, le quintuple titré ne regrette pas son choix : « chez Yamaha, j’avais tout gagné. J’étais avec Valentino Rosi, qui est très fort avec les médias, mais je demandais juste à avoir la même moto que lui. Je suis plus écouté chez Ducati, c’est une ambiance plus familiale. Un peu plus d’affection, ça peut compter. Même si je suis plutôt du genre Tarzan ». Ce qui peut être utile dans la jungle du MotoGP.