Chez Yamaha, on est en pleine analyse de la montagne de données récoltées durant les trois jours passés à limer la piste de Sepang, en Malaisie. Des tests qui ont révélé des M1 officielles en bonne forme durant les deux premiers jours avant une absence lors de la dernière journée qui a comme réveillé les vieux démons de la saison passée. De quoi aborder la suite avec humilité et c’est ce qu’a précisé le team manager Maio Meregalli avant de partir pour la Thaïlande, et son inédit circuit de Buriram…

L’homme de Yamaha sur le terrain précise que ça va mieux mais qu’il reste encore à faire. La preuve que l’usine d’Iwata est encore en convalescence après un exercice 2017 en dents de scie : « les résultats de Sepang ont été bons. La moto se comporte bien, elle use moins ses pneus, on peut la piloter plus facilement. C’était notre but. Le nouveau moteur est à l’unisson. A bas régime, il reste délicat, mais il offre une bonne vitesse. On a aussi progressé dans le domaine électronique ».

Puis il insiste : « maintenant, on ne pouvait pas prétendre à de gros progrès en si peu de temps si l’on veut bien se rappeler qu’il nous a fallu une saison l’an passé pour trouver de bonnes solutions. Nous quittons cependant Sepang heureux et confiant pour la suite ».

Rendez-vous le 16 février à Buriram pour les nouveaux tests de cette intersaison. On rappellera que Vinales a renouvelé son contrat avec Yamaha jusqu’en 2020 et que Valentino Rossi réfléchit toujours sur la question…