Au moment de boucler l’exercice 2017, nous avions un Michaël Bartholemy particulièrement remontré à l’encontre du HRC. L’homme de terrain du team Marc VDS clamait en effet à qui voulait l’entendre qu’il avait fait beaucoup pour tenter de garder auprès de lui un Jack Miller au début de son éclosion, et qu’il avait demandé audience auprès de Honda pour éviter son départ vers Pramac Ducati. Une démarche qui n’a jamais reçu le moindre écho. Du coup, le Belge annonçait se mettre en quête d’un autre constructeur comme Suzuki, KTM ou Aprilia. Mais en cette entame de l’exercice 2018, le discours de fait plus policé à l’égard du constructeur de Tokyo…

La saison qui s’annonce au sein du Marc VDS Racing se fera avec des RC213V version finale 2017 et deux pilotes débutants dans la catégorie. Mais qui ne sont pas nés de la dernière pluie : d’une part le Champion du Monde de Moto2 en titre, Franco Morbidelli, et son dauphin vice-champion du monde, Tom Lüthi. Une feuille de présence prometteuse, si bien que Michaël Bartholemy fait descendre un peu la pression en ce qui concerne ses relations avec le HRC.

Sur Tuttomotoriweb, il déclare en effet : « ce sont les pilotes qui font la plus grosse différence. Et je suis convaincu que Marc Márquez aurait gagné aussi avec nos motos ». On rappellera que l’équipe compte un succès à son palmarès, conquis par Miller à Assen en 2016. Sinon, les Honda belges s’abonnent le plus souvent autour du top 10.

Il insiste : « Honda joue la totale transparence avec ses teams satellites. Dès que Marc Márquez est au stand et que son équipe a collecté les données, nous avons immédiatement les informations, tout comme Crutchlow. C’est totalement ouvert et accessible. Par ailleurs, les moteurs sont les mêmes depuis le Qatar. Et qu’importe dans quel box ils se trouvent. C’est le même matériel partout, la même électronique et les cadres sont identiques depuis les tests de Valence 2016 ».

Il termine enfin : « nous avons eu deux évolutions lors de la dernière saison, lorsqu’un nouvel échappement est arrivé. Les pilotes officiels en ont bénéficié au Texas et nous à partir du Mans, ce qui est un délai raisonnable et compréhensible ». Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes Honda au sein d’un Marc VDS qui ne serait peut-être plus aussi empressé de changer de blason… A suivre !