par Corsedimoto, rédaction, 30 janvier 2018, 14:22

Le pilote d’essai Ducati et coach de Jorge Lorenzo nous dévoile les secrets des meilleurs pilotes. Récolté depuis le bord de piste

Michele Pirro, pilote d’essai Ducati testeur et coach de Jorge Lorenzo, est allé sur la piste de Sepang pour raconter comment pilotent les champions aux lecteurs de La Gazzetta du mardi 30 Janvier. Voici les impressions du multiple champion d’Italie.

TYPOLOGIE – « Sepang est particulier avec des freinages très forts, comme dans les courbes 1, 4, 9, 14 et 15, mais où vous avez besoin d’une moto qui vous permet de bien passer dans les courbes à grande vitesse et où vous avez besoin de la bonne “poussée” dans les accélérations, comme à la sortie des courbes 4 et 9 ».

COURBES 1-2 « Ici, la courbe importante est la 2, la différence se fait en prenant la corde aussi serré que possible, de passer la 4e et de vous lancer dans la descente vers le virage 3. Si vous pouvez gagner un demi-dixième à la sortie de la 1, et que vous en ratez la 2, vous pouvez facilement en perdre deux. Rossi est propre et tendu, se prépare bien dans la 1 et sort vite de la 2, sa conduite fluide. Comme lui, Pedrosa est doux et coulé, son changement de direction est doux. Contrairement à Iannone, qui est très agressif dans la sortie de la 1 et casse le mouvement: il n’a pas confiance dans l’insertion de la Suzuki, comme s’il avait peur de la perdre. Son coéquipier Rins, bien qu’un peu plus large, semble plus rapide que lui. Miller violente aussi la Ducati, quelque chose de rentable sur quelques tours, mais pas sur la distance de course. A l’inverse, Zarco est très agréable à voir, il relie bien les courbes, tout comme Morbidelli qui, même s’il débute, a les bonnes lignes. C’est doux, j’aime beaucoup. Marquez aura fait 100 mètres de glisse à la sortie, sera un peu sale en entrée, mais il ne perd jamais de fluidité. Aussi parce que Honda a trouvé une maniabilité qui ne lui appartenait pas. Dovizioso est très efficace, impressionne par sa propreté, Lorenzo est encore un peu raide dans le changement de direction ».

COURBES 4 et 5 – « Une autre sortie importante, une montée à droite. Ici, ce qui compte avant tout, c’est comment les pilotes utilisent la boîte de vitesses, les différences de comportement des motos, si elles se déstabilisent, et la réaction des pneus. La Ducati est celle qui monte le plus par à-coups, elle subit la mise en œuvre du frein moteur sur le contrôle des papillons, la Suzuki ne le fait presque pas. L’ascension de la Ktm est magnifique, l’Aprilia ne paraît pas en grande forme. A la sortie, cependant, il est important que la moto accélère sans trop se lever, ni pompage, entre le 4 et le 5, il y a un changement de direction rapide dans lequel vous aidez à tourner en forçant avec les gaz. Iannone perd de l’adhérence en sortie et la moto est à l’arrêt, Viñales sort mieux. Petrucci a réussi à adoucir la conduite. Toutes les motos se balancent un peu, sortent d’une courbe lente, et vous devez utiliser votre corps pour préparer le changement de direction. Si on le voit moins avec quelqu’un, c’est parce qu’il est plus coordonné : comme Valentino, il pilote si harmonieusement qu’il ne dégrade pas la moto “.

COURBES 9 et 15 – « Un long et rapide passage puis voici le virage 9, le plus lent de Sepang. C’est exigeant, un gauche serré. C’est le seul point où vous utilisez la 1ère. En regardant Lorenzo ici, vous pouvez voir comment il a beaucoup plus de confiance, maintenant il a presque entièrement la moto dans ses mains. A la fin de la longue ligne droite, voici le virage en épingle qui mène à la ligne d’arrivée. Il s’agit d’une courbe assez traître, avec une inclinaison opposée, où si vous relevez trop tôt vous élargissez et perdez du temps. Nous avons besoin d’un compromis entre accélérer, bouger et bien positionner son corps. Le maître est Pedrosa, sublime. Il faut prendre la corde le plus tard possible, Viñales et Valentino la prennent très rond, Dovi la casse en deux, Marquez est sur une trajectoire médiane, il prend moins la corde mais reste très propre “.

CONCLUSION – “En fin de compte, on voit toujours la différence entre ceux qui sont là depuis de nombreuses années et ceux qui n’ont pas beaucoup d’expérience : à l’œil, cela peut sembler plus efficace, ceux qui bougent beaucoup et attaquent avec la moto, mais au final, le chronomètre donne toujours raison aux autres, parce que piloter d’une façon fluide te permet une constance qui fait la différence ».

Lire ici l’article original

Tous les articles sur les Pilotes : Michele Pirro

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team