En débutant en fanfare son année 2018 par trois jours de tests très encourageants sur le tracé de Sepang, Dani Pedrosa s’est comme rappelé au bon souvenir du paddock des Grands Prix. Il faut dire que depuis qu’il a le très redoutable Marc Márquez comme équipier chez Honda, sa position n’est pas simple à défendre. Mais en Malaisie, il a fait de jolis chronos, se disant même satisfait des pneus arrière Michelin sur la piste humide, un composé qui lui avait causé l’an dernier bien des malheurs. Et si « Titanium » se présentait à nouveau comme un candidat pour le titre jamais remporté en MotoGP ? Son ancien chef mécanicien Mike Leitner y croit, mais pas dur comme fer…

Mike Leitner est à présent un homme-orchestre occupé au sein de l’usine KTM engagée dans son projet RC16 en MotoGP. Mais avant de se mettre au service de ses compatriotes autrichiens, il a été le compagnon de box de Dani Pedrosa pendant 11 ans. En 2004 et 2005, cette collaboration s’est soldée par deux titres mondiaux en 250cc, mais jamais, depuis 2006, la couronne en MotoGP n’a été décrochée. Trois statuts de vice-champion et 41 victoires ont tout de même jalonné un parcours qui s’est achevé en octobre 2014.

Leitner connaît donc bien Pedrosa. Le voit-il parmi les favoris de la saison 2018 ? « Si Dani n’est pas encore Champion du Monde MotoGP, c’est d’abord parce qu’il a subi des blessures au plus mauvais moment, alors qu’il remportait des victoires et qu’il était en lice pour le championnat. Je ne sais pas s’il est plus vulnérable que les autres pilotes de ce point de vue. Sa morphologie est particulière, surtout pour une moto de 1 000cc. Ce n’est sans doute pas un avantage pour lui ».

« Du coup, lorsque les conditions ne lui sont pas favorables, il en subit de lourdes conséquences. S’il pilote toujours comme il le fait à Valence, alors il peut jouer le titre. Mais il doit le faire sur les 19 courses. Il a le talent pour concrétiser. Mais les conditions et les blessures l’ont toujours perturbé. Alors qu’il faut être régulier pour exploiter toutes les opportunités. Dani a aussi un équipier incroyablement fort, ce qui peut être positif car il vous montre que la moto est capable de gagner. J’ai une totale confiance en Dani pour réussir ».

Tout est donc possible, mais à la somme des écueils à surmonter, la probabilité apparaît moins évidente…