Jusqu’à nouvel ordre, Jack Miller restera un cas dans l’histoire des Grands Prix. Il sera celui qui a sauté directement du Moto3 au MotoGP, sans passer par la case Moto2. Un pari incité par Honda qui l’a pris sous son aile avec un contrat de trois ans. Un pari gagné ou perdu ?

Pour tout dire, il n’y aurait pas eu la victoire à Assen en 2016, la trajectoire de l’Australien aurait déjà conduit à une impasse. De fait, l’actuel pilote Marc VDS peut être défini comme une exception à la règle voulant qu’il ne faut pas brûler les étapes. Sauf que Miller n’est pas d’accord. Il a même un solide argument à faire valoir… Son équipier !

Dans un entretien à Speedweek, il revient sur ce bond fait du Moto3 fin 2014 vers la MotoGP en 2015. Il était alors au sein du team LCR avec une Honda Open que l’on ne qualifierait pas de réussite. Qui plus est avec un équipier comme Crutchlow, il lui était compliqué de sortir de l’ombre. On peut dire que Miller a été d’entrée formé à la dure.

Puis est arrivé 2016, année où il s’est inscrit comme pilote Marc VDS parmi les neuf vainqueurs de cette campagne étonnante. Une saison faite cette fois avec une « vraie » RC213V. Une belle victoire sous la pluie hollandaise, certes, mais qui a laissé sur sa faim. Car les chutes et les blessures ont aussi entraîné des forfaits, si bien qu’au final, Jack Miller n’a progressé que d’un rang au général par rapport à 2015. Malgré 57 points marqués contre 17 au auparavant. Mais le fait est là : dix-neuvième et dix-huitième, voilà le bilan de Miller.

Alors ? Ne valait-il pas mieux passer par le Moto2 ? L’Australien de 21 ans répond : « jamais de la vie, certainement pas et en aucune façon. J’ai aimé et j’assume cette décision d’être passé du Moto3 au MotoGP, directement, sans faire le Moto2. Je ne crois pas que faire une saison en Moto2 change grand-chose. Regardez mon équipier Tito Rabat ».

Une comparaison qui fait mal à l’Espagnol Champion du Monde de Moto2. Et qui a fait une première année calamiteuse en MotoGP. Certes, mais il y aurait aussi un parallèle à faire avec un autre pilote de 21 ans qui va également entamer sa troisième année dans la catégorie reine.

Il a aussi un contrat officiel, comme Miller avec Honda. Il s’appelle Maverick Viñales et tous les observateurs le mettent parmi les favoris pour le titre 2017 depuis qu’il a pris ses quartiers chez Yamaha. Or Viñales a fait une année en Moto2 après son titre en Moto3… Nous verrons enfin ce que donnera Miller face aux nouveaux arrivants sur la grille de départ 2017 que sont Folger, Rins, Sam Lowes et Johann Zarco. Tous venus du Moto2.

Tous les articles sur : Esteve Rabat, Jack Miller, Johann Zarco