Alex Márquez est le frère de qui vous savez, ce qui n’est pas si facile à porter. Même avec un titre de Champion du Monde de Moto3 dans sa poche, on reste l’ombre du phénomène Marc qui sévit en MotoGP. Une difficulté ajoutée à celle de partager son box avec un autre pilote qui montre sur la piste tout le bien que l’on pense de lui, soit Franco Morbidelli. Mais, dans un cas comme dans l’autre, Alex Márquez leur prédit un épilogue à suspense dans leur championnat respectif.

Alex Márquez est touché au nerf sciatique depuis une violente chute à Silverstone et il sait que ce handicap l’empêchera de jouer sa carte pour le titre mondial en Moto2, qui reste cependant mathématiquement toujours possible. Car le pilote Marc VDS compte 93 points de retard sur son équipier alors qu’il reste encore 100 unités à récolter. Cependant, il ne se fait guère d’illusion : « Je n’ai plus la pression du titre alors je vais essayer de prendre du plaisir lors des courses restantes et me préparer pour la saison 2018. En 2016, la campagne d’outre-mer s’était bien passée, et j’espère que je progresserai encore cette année. La première étape est le Japon où j’ai gagné deux fois en Moto3. J’espère y vivre un week-end normal, sans être perturbé par ma blessure ».

Pour ses pronostics en vue des titres Moto2 et MotoGP, il reste dans le flou : « En Moto2, on aborde des tracés qu’apprécie Tom Lüthi. Il a montré qu’il était compétitif l’an passé. Je pense que la bataille se prolongera jusque dans les derniers instants. En MotoGP, c’est aussi l’indécision. Marc a l’avantage d’être efficace dans toutes les conditions. Sur le sec ou sur le mouillé. Le titre se décidera à Valence ».

Sur la suite de sa carrière, Alex Márquez montre le même discernement : « Je ne sais pas quand j’irai en MotoGP. Et une chose sera d’y être et une autre de se battre contre Marc. Je reste concentré sur le Moto2. Je dois d’abord être titré dans cette catégorie. Une fois que ce sera fait, j’en tirerai avantage pour saisir une chance d’aller en MotoGP ».