C’est l’exploit de ce Grand Prix de France. Après s’être brisé, durant l’intersaison, une main droite qui fonctionne à présent avec une vingtaine de vis, Danilo Petrucci avait dû prendre son mal en patience après s’être résigné au forfait dès les premiers essais du Grand Prix du Qatar. Son état était sérieux et sa carrière en jeu. Au Mans, il a retrouvé la compétition. Toujours diminué, il a serré les dents pour ramener du Bugatti une superbe septième place.

Avant de signer ce second meilleur résultat de son équipe, après la sixième position à Austin de son équipier Scott Redding, il avait égalé la meilleure performance lors des qualifications avec la dixième place. En une occasion, l’Italien pointe à sept points de son binôme au championnat.

Pour un retour, c’est un retour ! Mais Petrux sait qu’en MotoGP, il ne faut pas se faire oublier trop longtemps : « cette année, les rumeurs au sujet de l’année prochaine ont commencé très tôt et même bien avant la première course. Cela a mis beaucoup de pressions sur tous les pilotes. Alors je suis heureux de revenir ainsi et de montrer que je suis toujours là. Et j’aimerais être plus proche du haut du classement. J’ai eu un peu de chance mais je peux faire encore mieux ».

Il faut dire qu’à Sepang, lors de l’intersaison, Petrucci avait fait sensation avec un second temps. La suite a été plus compliquée : « j’ai traversé une période difficile, sans doute la plus dure de toute ma carrière. Je ne savais pas si j’allais pouvoir terminer les essais libres et au final j’enregistre une jolie septième place. Je voudrais remercier tous ceux qui m’ont aidé. Mon équipe qui a fait un excellent travail comme toujours ».

Danilo Petrucci a eu son accident en février dernier et n’avait roulé avant Le Mans que lors de deux séances au Qatar. Logiquement, ses retrouvailles avec sa Ducati n’ont pas été simples : « chaque tour a été difficile. J’ai manqué tellement de courses. Lorsque je faisais une erreur, j’en faisais d’autres à chaque virage. C’était moralement compliqué à gérer. Lorsque je me levais le matin, j’étais déjà fatigué. Je n’avais rien piloté depuis février, pas même mon scooter ! » Par ailleurs, après chaque séance, sa main était médicalement traitée.

Et maintenant ? Chaud devant ! « Je me sens désormais beaucoup mieux. Je suis content mais je ne compte pas m’arrêter là. J’espère être un peu plus proche du groupe de tête au Mugello. C’est mon tracé national, ça m’aidera peut-être ». Âgé de 25 ans, Danilo Petrucci avait terminé la saison dernière dans le top 10 avec 113 points et un podium en Grande Bretagne.

Tous les articles sur les Pilotes : Danilo Petrucci

Tous les articles sur les Teams : Octo Pramac Yakhnich