La conférence de presse de présentation du HJC Grand Prix de France 2018 a eu lieu ce matin à Paris, en présence de Johann Zarco, Andrea Iannone, Fabien Quartararo et Jules Danilo pour ce qui concerne les pilotes de Grand Prix.

Claude Michy, le promoteur de l’événement à travers sa structure PHA, avait bien fait les choses en accueillant la centaine d’invités à bord d’un des célèbres Bateaux-Mouches sur les quais de Seine.

La conférence a débuté par les remerciements d’usage, des partenaires commerciaux (de HJC Helmets, sponsor titre du Grand Prix, à AMV Assurance) à la presse (de Moto-Journal présent depuis les débuts et Sport-Bikes jusqu’à Paddock-GP le dernier arrivé), en passant par les médias (Eurosport, RMC, France télévision, Ouest France, etc.) et les différentes structures officielles concernées, telles la FIM, la FFM, le département de la Sarthe, la Région de la Loire et l’Automobile Club de l’Ouest.

S’en est suivi un message vidéo de Jacques Bolle, Président de la FFM : «  bonjour à tous ! 25 ans ! Ça fait 25 ans que Claude Michy organise le Grand Prix de France de vitesse. Je me souviens de son arrivée, c’était en 1994, il n’était pas très connu à l’époque mais il avait été le seul à relever un défi qui semblait compliqué. En 1992, deux ans avant, Bernie Ecclestone avait repris le contrôle des Grands Prix. En France, un promoteur avait bien tenté, à Magny-Cours, d’organiser le Grand Prix mais ce fut un échec. Il n’y eut donc pas d’édition en 1993 mais en 94, Claude se lança dans l’aventure. D’abord au Mans, puis quelques années au Paul Ricard, puis retour, depuis l’an 2000, au Mans. Pour la fédération, ce fut une collaboration fructueuse, et notamment depuis 10 ans, où nous avons initié, Claude et moi, un partenariat qui va au-delà du Grand Prix à travers le soutien des pilotes français. Alors Claude, je ne sais pas si toi et moi nous serons encore là dans 1/4 de siècle pour fêter le 50e anniversaire, mais en tout état de cause, je te souhaite, nous souhaite, une excellente 25e édition de l’ère Michy, avec du beau temps, des Umbrella Girls, et une victoire française ! »

Rebondissant sur le propos, Claude Michy a ensuite assuré qu’il ne suivrait pas l’exemple des « Américains puritanistes et un peu hypocrites » en renonçant aux Grid Girls tant que la loi le permettra.

Sébastien Poirier, directeur général de la FFM, a ensuite félicité les trois pilotes français présents tout en confirmant le soutien de la FFM à leur égard ainsi qu’à ceux moins connus et encore jeunes qui s’illustrent en roulant en France ou à l’étranger.

Il a également confirmé la demande faite par la FFM concernant 2 wild cards en Moto2 lors du Grand Prix de France pour Cédric Tangre (Mistral Tech3) et Quentin Perolari (TransFiormers). Avec Fabio Quartararo et Jules Danilo, et sous réserve d’acceptation de la FIM et de Dorna, ce seront donc 4 pilotes qui devraient s’aligner sur la grille de départ des Moto2.

Pierre Fillon, président de l’ACO a ensuite expliqué le pourquoi du déplacement de la ligne de départ de 145 mètres.

Reprenant la parole, Claude Michy a confirmé le déplacement du Superprestigio à Paris le 15 décembre prochain.

Il s’est également fait l’écho du concours qui permettra de gagner une Ducati Monster et tout l’équipement nécessaire, dont les modalités seront disponibles sur le site du Grand Prix, ainsi que de toutes les facilités mises en place pour l’accueil et le séjour des motards (autoroutes gratuites, parkings gardés, système de baladeurs gratuits, visite de la voie des stands le jeudi pour tous les spectateurs présents, rencontre avec les pilotes sur la Fan Zone AMV les vendredi et samedi soirs, Show mécanique avec l’école ZF Grand Prix, exposition rétrospective sur 25 ans de Grand Prix, etc.).

L’attention s’est alors focalisée sur Stéphane Paulus, pilote handicapé qui, avec Handi Free Riders et ses amis italiens rééditeront la course de l’année dernière pour nous donner une nouvelle leçon de vie, le tout soutenu par la FFM, la FIM, Claude Michy… Et le public !

Ce « stunteur » a vraiment changé le regard des passionnés sur le monde du handicap, et nous l’en remercions.

Enfin, Laurent-Eric Le Lay, Directeur des sports à France Télévisions, a confirmé la retransmission gratuite et en direct de la course MotoGP sur France 3.

Place a ensuite été faite aux pilotes présents, avec une partie « discours » et une partie « interviews », sur lesquelles nous reviendrons dans les jours qui viennent.