En Espagne, pays où la moto était encore fortement ancrée dans les gènes il n’y a pas si longtemps, les chiffres d’audience du dernier Grand Prix du Qatar à Losail ont subi un revers majeur par rapport à l’année dernière.

Dimanche, Movistar MotoGP (chaîne payante 10 euros par mois pour MotoGP + F1) a réuni un total de 653 000 spectateurs pour les trois premières courses de la saison, répartis entre 333 000 pour le MotoGP, 181 000 pour le Moto2 et 139 000 pour le Moto3, selon les chiffres d’audience publiés par Formulatv reportés par TodoCircuito.com.

S’ils s’avèrent exacts, ces chiffres représentent une baisse de 37 % par rapport au public du Grand Prix du Qatar 2017, qui avait attiré 1 037 000 spectateurs, le MotoGP étant toujours la course la plus regardée (578 000 spectateurs), suivi du Moto2 (265 000) et du Moto3 (194 000). Malgré plus de 50 heures de direct du jeudi au dimanche, Movistar aurait donc perdu un total de 384 194 spectateurs.

Les causes de cette désaffection semble partagées entre le changement d’horaires (courses deux heures plus tôt que l’année dernière) et le fait que Vodafone ne diffuse plus la chaîne Movistar MotoGP sur sa plate-forme de télévision.

Si l’on remonte encore plus loin dans le temps, la baisse du public est encore plus marquée. En 2016, le Grand Prix du Qatar a attiré un total de 2,1 millions de téléspectateurs, en ajoutant les chiffres d’audience de l’émission en direct de Movistar (312 000 téléspectateurs) et de l’émission en différé de Telecinco (1 798 000), qui a diffusé les trois courses aux petites heures du matin du dimanche au lundi.

En 2013, la dernière année où Telecinco a offert gratuitement le Grand Prix du Qatar en direct, plus de neuf millions de téléspectateurs étaient devant leur télévision le dimanche après-midi. 4,5 millions l’avaient fait pour suivre la course MotoGP, 2,4 millions pour les Moto2 et 2,1 millions pour les Moto3.

Où comment « ghetto-iser » un sport national ? Une hypothèse toutefois réfutée catégoriquement par Carmelo Ezpeleta jeudi dernier lors d’une interview accordée à Movistar MotoGP : « Je l’ai dit à plusieurs reprises, nous avons ce sport, et la chance que des chaînes comme Movistar, SKY, British Telecom ou d’autres ont décidé de créer des chaînes thématiques pour diffuser ce sport. Je nie complètement que cela a nui à la popularité du motocyclisme, et il y a des milliers de personnes qui le disent. Je pense que le sport est plus populaire qu’il n’a jamais été, mais surtout, l’accord que nous avons fait, économique, technique et financier, tient compte des revenus que nous avons de la télévision payante. Sinon, nous n’aurions pas bouclé le budget.
Je sais ce qu’ils me disent dans toutes les présentations et sur tous les sites. Et je réponds la même chose : si Movistar vous propose quatre week-ends de F1 et de MotoGP pour 10 euros, chaque événement, si je ne divise pas mal, coûte 2 euros et demi. C’est le prix d’un café. Si un passionné de course ne peut pas dépenser 2 euros et demi pour avoir une semaine entière de programmation, il doit regarder quelque chose d’autre. Et la qualité n’a rien à voir avec cela. »

En Italie, la passion est toujours très présente, comme en témoignent les chiffres de SKY (chaîne payante avec de nombreuses émissions et reportages) et TV8 (groupe SKY, chaîne gratuite qui diffuse seulement les courses : respectivement 1 357 738 et 1 957 847 fans pour la course MotoGP, 10 fois moins pour la Moto2 et Moto3.

En France, Eurosport se félicite de sa meilleure audience concernant le Grand Prix du Qatar, avec 356 000 spectateurs pour la MotoGP.

De notre côté, très modestement et avec nos moyens absolument ridicules face à tous ces géants, nous avons réuni 120 000 visiteurs uniques sur cet événement, et nous vous en remercions grandement !

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :