Avant de tourner définitivement la page du Qatar pour nous concentrer pleinement sur le Grand Prix d’Argentine, nous ne pouvions pas ne pas vous partager le billet écrit par Marco Lucchinelli pour Motorsprint.

À notre avis, il résume tout, de façon parfaite, et il n’y a vraiment rien à retirer ou à rajouter aux propos du champion du monde 500c 1981 !

Bravo Monsieur Lucchinelli !


« Bon les gars, laissez-moi frimer un peu : j’ai fait 10 points dans notre défi à TV8. Le maximum. Je les ai eus tous les 3, ceux qui sont montés sur le podium, et tout le monde à la bonne place. Rossi 3e aussi, je l’avais ressenti car en qualification Valentino n’a jamais été un Martien même quand il marche fort, mais en rythme de course, il peut tourner pendant une saison entière. Quand il ne vole pas pendant un tour chrono, il est là. C’est une bête de course.

Marc Márquez a pris la 2e place car sur cette piste la Honda n’est pas la meilleure, à tel point qu’il n’a gagné que 3 fois. Mais nous avons bien vu qu’il n’y a plus la différence d’autrefois, entre la Ducati et la Honda, qui s’est beaucoup améliorée. Et cela me fait un peu peur car si sur une piste qui ne convient pas vraiment à la Honda et à lui, Márquez est 2e… on peut imaginer ce qui va se passer quand il retrouvera les pistes favorables.

Andrea Dovizioso a été une machine: il a mal débuté, mais il n’a pas paniqué, lentement il a avancé, jusqu’à arriver à Márquez et à Johann Zarco. Et il était tapi là, à attendre. Ils n’allaient pas vite, sinon Maverick Vinales n’aurait pas été capable de les rattraper de si loin, et la Suzuki d’Alex Rins ne serait pas restée là où elle était.
Mais dès qu’Andrea a changé de rythme, à 5 tours de la fin, les choses ont changé. Et c’est lui qui les a faites changer. Dovizioso a décidé d’essayer de partir car, connaissant Márquez, il sait que tant qu’il y a une courbe, vous pouvez le trouver à l’intérieur. Il s’attendait à ce qu’il le fasse à nouveau. Márquez l’a mieux préparé qu’en Autriche et au Japon, et a presque réussi à le tromper, mais Dovi était tout aussi préparé, il attendait l’attaque, et en coupant le vibreur, il s’est créé de l’espace pour passer.
Dovizioso a changé de façon exponentielle depuis qu’il a commencé à travailler avec la Ducati, il est l’un des rares qui travaille sur la moto avec une méthode, et est également le seul pilote qui a battu Márquez 3 fois en combat rapproché. Une chose que personne n’a jamais réussi.

Márquez a un avantage sur Andrea, il n’aime pas finir 2e, au lieu de la Ducati qui, l’année dernière, a perdu trop de points quand elle peinait. Il faut éviter que cela ne se reproduise.

Laissez-moi dire quelque chose sur les sifflets contre Márquez, ce n’étaient pas des spectateurs du Qatar, mais des Italiens au Qatar : et bien, ces messieurs devraient avoir honte; point final. Quelqu’un qui fait une course ça ne se fait pas siffler. Et puis, plus de 2 ans ont passé depuis l’histoire avec Rossi : maintenant assez ! Márquez est comme le sel, le sel de la vie. Il a donné de la valeur à Rossi, il a donné de la valeur à Dovizioso. Sans lui, tout serait plat. S’il y a 2 choses dont je me souviens de l’année dernière, ce sont ces 2 dépassements incroyables que Dovizioso a été en mesure de contrer. Alors tu sais ce qui est beau ? Dovi, par 3 fois, est resté devant sans se disputer. Et quand vous savez à quel point il est bon, Márquez donne plus de mérite à ceux qui sont devant lui.

Dernière chose : Jorge Lorenzo. J’ai dit il y a un an qu’il n’avait pas les moyens d’obtenir ces résultats et j’ai pensé que j’étais un peu mauvais. Mais je ne me suis pas trompé. Ducati n’est pas Yamaha, mais j’ai vu des gens monter dessus et aller fort : si Danilo Petrucci et Jack Miller marchent fort, puisqu’il est Lorenzo et que nous savons combien de bonnes choses il a faites dans le passé, nous devons regarder vers l’avenir. Ducati doit renouveler les contrats et Dovizioso doit bien être traité. Très bien. C’est lui, maintenant, celui qui mérite le salaire numéro un. »