C’est un Rossi enjoué qui se présente au Rallye de Monza. Une épreuve qui lui permet de retrouver sa seconde passion et peut-être demain sa reconversion : les épreuves routières en voiture. Au micro de Radio Deejay, il s’est laissé aller à quelques confidences sur un ton second degré dont il a le secret. En commençant par un nouvel équipier que beaucoup voient déjà comme le Champion du Monde 2017 !

Un Maverick Viñales qui a fait des étincelles à peine assis sur la Yamaha M1 lors des deux séries de test de cette intersaison. De quoi s’inquiéter pour Vale ? « C’est bien la preuve que je ne l’ai pas choisi. Moi, j’aurais préféré quelqu’un de plus vieux comme Pedrosa. Viñales s’annonce comme un problème au moins aussi sérieux que Lorenzo ! »

Justement ce Lorenzo… « Nos relations ont été ruinées par la fin de saison 2015. Nous nous sommes mesurés durant toute cette saison qui a fini comme on le sait et nos relations se sont arrêtées là. Mais après la dernière course de Valence cette année, il est venu me voir dans le box, on a fait l’accolade et il m’a dit qu’il m’avait toujours respecté. C’était un beau moment ».

On en est à Lorenzo autant poursuivre avec Márquez… « Heureusement lui, n’est pas mon équipier. On a vu qui il était à la fin de la saison 2015. Entre nous, il y aura une juste relation normale de travail faite de respect. En tant que pilote, il est très fort. Il ne renonce jamais et il a un don pour le style de pilotage typique de la nouvelle génération ».

Un dernier mot sur la VR46 Académie… « Cela me donne le goût de travailler avec les enfants. Je suis bien avec eux. Et ça me préoccupe parce que j’ai vingt ans de plus qu’eux ! »

Tous les articles sur : Valentino Rossi