Lors du week-end du Grand Prix de France, il fut demandé aux pilotes de se réunir et de décider s’ils souhaitaient utiliser le pneu avant à la construction du type 70 jusqu’à la fin de la saison, à partir du Grand Prix suivant, le sixième de l’année qui aurait lieu au Mugello.

20 des 23 pilotes permanents décidèrent de conserver le pneu avant introduit pour la première fois au GP de Valence en 2016. Sa carcasse plus rigide permettait une meilleure stabilité lors des freinages. Nicolas Goubert (Michelin) expliquait alors que « Dorna voulait que tous les pilotes testent le pneu 70 à Jerez et, comme l’ont confirmé la majorité des pilotes, il offre plus de stabilité et moins de mouvement en entrée de virage. C’est une petite différence, contrairement à celle de 2016, lorsque nous avons changé de profil, et j’appellerais simplement cela une évolution ».

Le principe de faire voter les pilotes ne plait pas à Scott Redding : « «Je ne pense pas que ce soit correct. Malheureusement il y a quelques pilotes qui ont le pouvoir et décident dans quelle direction le sport doit se développer. »

Le pneu avant utilisé depuis Valence 2016 a une carcasse plus dure. Il est un peu plus rigide. De nombreux pilotes, dont Valentino Rossi et Marc Marquez, se sont plaints au début de la saison car la maniabilité avec le pneu 2017 est devenue plus difficile. Lors d’un test à Jerez, les pilotes disposaient de plusieurs options avant d’opter finalement pour le vieux pneu au Mans.

Redding est déçu parce qu’il ne croit pas que la Commission de sécurité soit l’autorité appropriée pour prendre une telle décision. Les pilotes se rencontrent une fois par week-end dans une réunion à participation volontaire avec Loris Capirossi pour discuter de sujets liés à la sécurité – par exemple, si la disposition du circuit doit être modifiée.

Selon Redding, la décision de choisir le pneu n’est pas la tâche de cet organisme, car selon lui, « si quelqu’un dans un sport a beaucoup de pouvoir, il l’utilisera toujours à son avantage, et je ferais la même chose ».

« Il y avait trois gars qui étaient contre, puis il y en avait quelques-uns qui pensaient qu’ils allaient essayer le nouveau pneu, pourquoi pas. Mais pourquoi devriez-vous simplement revenir en arrière ? Nous avons déjà travaillé avec le nouveau pneu pour apporter plus de stabilité à la moto. Nous n’aurions pas dû avoir l’option de revenir au vieux pneu.

« Il aurait dû y avoir un refus clair, et alors nous aurions développé le nouveau pneu. Revenir au vieux pneu, cela n’arrive presque jamais. Certains gars n’étaient pas contents de leur performance avec le nouveau pneu et ils ont essayé de conserver leur avantage avec l’ancien. »

Photo © Pramac Racing

Source : motorsport-total.com