Le tout jeune Scott Redding, âgé seulement de 15 ans, devint l’idole de tout un peuple en remportant à domicile le British Grand Prix 125 cm3 en 2008 à Donington, devant Mike di Meglio et Marc Marquez. Il devenait le plus jeune vainqueur de GP de tous les temps à 15 ans et 170 jours, battant le record établi par Marco Melandri à Assen en 125 en 1998 à 15 ans et 324 jours.

Son avenir semblait tout tracé, c’était le champion que les Britanniques attendaient depuis le dernier titre de Barry Sheene en 1977. Sauf que ça ne se passa pas comme cela.

« J’étais le prochain grand champion du paddock… jusqu’à ce que je ne le sois plus » se souvient Redding pour On Track Off Road. « En repensant à l’époque où j’ai gagné à Donington Park et en voyant ce qui s’est passé dans ma carrière depuis, j’avais pensé que ce serait beaucoup mieux. Je pensais avoir un ou deux titres maintenant. C’était mon état d’esprit à 15 ans, parce que tout ce que j’avais fait, c’était de gagner. »

Quelqu’un d’autre sur le podium ce jour-là à Donington avait un état d’esprit similaire, qui est maintenant le sextuple Champion du Monde Marc Marquez. Redding dissèque leurs chemins divergents.

« Le talent ne vous mène pas loin en course. Marquez a été éduqué par Emilio Alzamora qui a été Champion du Monde et qui connaissait la route qu’il fallait prendre. Mon père et mon oncle m’ont élevé, mais ils ne savaient rien des courses de haut niveau. On m’a appris à rouler à fond et à m’entraîner à fond. En gravissant les échelons, j’étais considéré comme un combattant agressif. On ne m’a pas enseigné le développement musculaire ou les leçons mentales dont vous avez besoin. Je les ai appris à la dure.

« J’ai manqué de conseils. Si vous mettez Marquez et moi à côté l’un de l’autre, à ce moment-là, je le battais. Après 2008, il a eu la bonne aide et il a progressé mentalement alors que je suis resté le même. Tout a commencé à être plus compliqué à partir de l’année suivante parce que je suis devenu plus grand et plus lourd.

« J’avais besoin de quelqu’un pour me contrôler et me mettre dans la bonne position pour faire les bonnes choses. Quand j’ai signé pour Marc VDS, j’étais seul et mon père m’a dit : « Va faire ce que tu as à faire parce que je t’ai emmené aussi loin que j’ai pu ». J’avais beaucoup appris à ce moment-là, mais j’avais encore beaucoup à apprendre. Chaque jour, j’apprends des choses que j’aurais dû apprendre il y a des années. »

En 2013, Pol Espargaro a remporté le Championnat du Monde Moto2, alors que Redding est tombé et s’est cassé le poignet en fin de saison, forcé de rester sur la touche.

« Ça a été difficile de ne pas remporter le championnat en 2013, mais c’était en raison de la malchance. Certaines choses dans la vie arrivent et c’était l’une d’entre elles. Cette année-là, je gagnais des courses et en un clic, tout a été fini.

« Dans ma carrière, au début, j’ai gagné en Angleterre, puis je suis allé en Espagne et j’ai eu du mal au début, mais une fois que j’étais sur la bonne moto, je dominais. J’ai gagné la dernière course à Valence avec dix secondes d’avance. Quand je suis arrivé en GP, j’étais en première ligne lors du premier Grand Prix 125 au Qatar. En Moto2, quand j’avais la bonne moto, je gagnais. C’était moi et c’était mon niveau. »

Après Marc VDS et Pramac, voici Scott chez Aprilia Racing Team Gresini. « C’est étrange comment tout cela s’est passé, mais j’ai l’impression d’être dans un bien meilleur endroit aujourd’hui qu’au cours des trois dernières années. J’ai beaucoup plus confiance en moi aujourd’hui que par le passé. Je deviens de plus en plus le pilote que je veux être et le fait de venir chez Aprilia m’a aidé.

« Je sais que j’avais besoin de retrouver ma confiance en moi et cela m’a permis de comprendre toutes les choses que je devais faire, mais cela m’a aussi donné plus de motivation pour m’entraîner.

« J’ai oublié à quel point je suis jeune. J’oublie que j’ai 25 ans parce que j’ai l’impression d’en avoir 35. Il y a des gars en Moto2 qui ont 26 ou 27 ans, et je vois des gars qui ont 23 ans et je pense qu’ils sont jeunes… mais je n’ai que deux ans de plus qu’eux. Je suis ici depuis longtemps et je n’ai pas répondu à mes attentes. Je sais qu’il y a plus en moi et que je n’ai pas montré ce que je peux faire. »

 

Photos © Aprilia Racing Team Gresini