S’il en est un qui peut être très heureux de sa rentrée dans l’année 2018 en MotoGP, c’est bien Dani Pedrosa. L’officiel Honda s’est à ce point bien senti dans ses baskets qu’il a dominé le premier chronomètre mis en jeu au terme d’une journée d’essai, en dominant non seulement son illustre équipier mais en se réconciliant aussi avec un pneu arrière Michelin sous la pluie qui lui avait causé tant de souci en 2017…

Une hirondelle ne fait certes pas le printemps, mais ce qui est pris n’est plus à prendre. Dani Pedrosa a rappelé qu’à 32 ans il n’était pas fini et qu’il était à la tête de 54 victoires en se présentant, au bilan de la première des trois journées de tests en Malaisie, comme le patron du MotoGP. En 1.59.427, il a réglé le compte de ses adversaires. Mais pas seulement…

L’ancien protégé d’un Alberto Puig à présent team manager du HRC a aussi découvert que ses faiblesses 2017 semblent avoir été gommées : « ce bon chrono est à partager avec toute l’équipe. Nous avons bien travaillé. Surtout si l’on considère les différentes conditions de piste que l’on a eues. Notamment avec la pluie du début, puis avec une piste s’asséchant. On peut dire qu’on est parti dans la bonne direction. Michelin a apporté différentes solutions pneumatiques et j’ai vraiment aimé le pneu arrière pluie. Puis même sur la piste sèche, j’avais de bonnes sensations ».

Un discours sur les gommes décidément bien différent de celui de l’an passé… Mais il y a aussi le nouveau moteur : « le plus gros progrès de la moto est le nouveau quatre cylindres. Du Japon nous a été envoyés deux versions du nouveau moteur. Ils nous donnent plus de puissance, nous garantissent plus de vitesse et nous donnent même de meilleures sensations de pilotage. Mais pas seulement : la moto est aussi plus stable, elle s’agite moins, si bien qu’elle adhère plus et travaille mieux avec les pneus ».

« On a comparé trois motos différentes, avec les mêmes réglages, mais avec des ajustements moteur qui n’étaient pas identiques. Que ce soit sur le mouillé ou sur le sec, j’ai eu à chaque fois de bonnes sensations ». Tout va donc mieux dans le meilleur des mondes pour Pedrosa qui termine : « on va continuer à travailler sur le moteur avec des mappings différents sur deux motos. On va aussi tester une nouvelle aérodynamique et tenter d’améliorer encore les réglages de la moto pour trouver le meilleur équilibre possible ».

MotoGP #Sepang test J.1 : Chronos

1. Dani Pedrosa, Honda, 1:59,427 min
2. Andrea Dovizioso, Ducati, +0,343 sec
3. Jorge Lorenzo, Ducati, +0,375
4. Danilo Petrucci, Ducati, +0,696
5. Jack Miller, Ducati, 0,751
6. Valentino Rossi, Yamaha, +0,806
7. Marc Márquez, Honda, +0,863
8. Johann Zarco, Yamaha, +0,994
9. Cal Crutchlow, Honda, +1,095
10. Pol Espargaró, KTM, +1,141
11. Alex Rins, Suzuki, +1,200
12. Takaaki Nakagami, Honda, +1,237
13. Maverick Viñales, Yamaha, +1,287
14. Aleix Espargaró, Aprilia, +1,439
15. Tito Rabat, Ducati, +1,485
16. Andrea Iannone, Suzuki, +1,600
17. Bradley Smith, KTM, +1,672
18. Franco Morbidelli, Honda, +1,734
19. Álvaro Bautista, Ducati, +2,301
20. Sylvain Guintoli, Suzuki, +2,437
21. Scott Redding, Aprilia, +2,535
22. Yonny Hernandez, Yamaha, +2,626
23. Karel Abraham, Ducati, +2,661
24. Xavier Siméon, Ducati, +3,519
25. Tom Lüthi, Honda, +4,305
26. Michele Pirro, Ducati, +5,340
27. Mika Kallio, KTM, +6,505