Yonny Hernández est donc à pied d’œuvre à Sepang pour piloter la Yamaha M1 du team Tech3 en remplacement de Jonas Folger.

Essai ponctuel ou amené à être réédité, telle est sans doute la grande question de ces trois journées pour l’équipe française qui, de fait, possède une Short List vraiment… très Short !

Le pilote ambiant présente l’avantage d’avoir déjà roulé durant cinq années en MotoGP, sans toutefois y avoir percé puisque sa meilleure saison a été réalisée en 2015 au sein du team Pramac, avec pour résultat une 14e place au classement mondial apportée par 56 points.

Malgré quelques coups d’éclats (8e au Mans 2015), son palmarès reste somme toute modeste et son style de pilotage semble jusque-là plus à même de dompter une rétive Ducati qu’à diriger en douceur une Yamaha !

L’avenir de Yonny Hernández en MotoGP reste donc très incertain, sans même évoquer d’éventuelles chutes durant ces essais en Malaisie…

Yonny Hernandez : « C’est une bonne opportunité. J’étais au test (WSBK) à Jerez et Hervé m’a appelé pour voir s’il était possible de faire le test. J’ai dit oui. C’est sûr que c’est une bonne opportunité. Nous avons une bonne équipe et une bonne moto pour faire du bon travail à ce test. Nous verrons demain à propos des trois jours.

Bien sûr, Pedercini sait que je viens ici pour travailler avec Yamaha pour le test. Il m’a dit qu’il était d’accord, que je devais y aller et qu’il comprend que c’est une bonne occasion pour moi. Pour l’instant, nous ne travaillons qu’à ce test. Je ne sais pas. Avec Hervé, nous ne parlons que de ce test. Je dois rester concentré sur le fait de bien travailler pendant ce test. Je n’ai pas de pression. J’ai un contrat en Superbike, donc pour moi c’est juste un test.

En ce moment, nous nous concentrons sur le travail pour le test et la moto. Bien sûr, je ne ferai pas la première place demain. Vous devez comprendre la moto, l’équipe et les pneus. Il y a deux ans, j’étais pilote en MotoGP et je suis content pour ça. Je suis vraiment curieux parce que j’ai roulé sur une Ducati dans toute ma carrière et une moto CRT. Je suis vraiment curieux de piloter une Yamaha car je sais que tous les pilotes qui sont venus dans cette équipe étaient vraiment rapides. Je pense qu’avec la Ducati, il fallait glisser pour aller vite. Je pense qu’avec cette Yamaha, j’aurai besoin de changer ça car il faut un style de pilotage très fluide. Le moteur est différent. Comme je l’ai déjà dit, je suis vraiment curieux parce que je viens juste de piloter une Ducati. Demain, c’est l’occasion de rouler sur une très bonne moto, une MotoGP. »