Satisfait de sa prestation la veille, Valentino Rossi a poursuivi sur la trajectoire du bonheur en ce second jour de tests à Sepang. La Yamaha va bien même s’il reste à faire sur les beaux restes du millésime 2016, toujours pris comme base pour l’avenir. C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures ? Sans doute puisque ça se vérifie même jusqu’au casque !

C’est avec fierté que le Doctor a commencé sa journée avec la décoration du heaume datant de 1997. Vingt ans après, Vale est toujours là, bon pied bon œil, même si sa jambe fracturée l’an passé le tracasse encore : « même si je suis mieux préparé que l’an passé, le premier jour ici a été dur sous la chaleur. Aujourd’hui, c’était mieux. Mais je ne suis pas à 100%. J’ai du mal à respirer et je ne peux pas marcher à cause de ma jambe cassée en septembre. Alors je suis essoufflé. Mais je constate aussi que ce n’est pas une partie de plaisir non plus pour les plus jeunes ! »

Côté technique, l’homme de Tavullia précise : « L’âme et le cœur de notre châssis actuel vient du millésime 2016, ce qui fait qu’il a deux ans. Mais on l’a aussi beaucoup changé et celui que j’ai essayé aujourd’hui est relativement nouveau. On ne partira pas forcément sur un 2016 pur jus car ça date un peu. Pour autant, les tests de novembre effectués ici ont rappelé pourquoi nous avions été si bons en 2016. C’est pour cette raison qu’il reste notre base de départ ».

« Cette journée a encore été bonne. J’ai toujours de bonnes sensations, j’ai toujours été compétitif et nous sommes bien plus rapides en pneus usés qu’en 2017 ce qui est un bon signe. La compétition sera serrée alors on va travailler sur les moindres détails. Tout ne fait que commencer, mais c’est important de bien débuter comme nous le faisons. En 2017, on est mal parti et on a vu ce qui s’est passé avec des hauts et des bas. C’est mieux de démarrer comme ça ».

Second temps à un souffle de son équipier Viñales au moral lui aussi retrouvé, le nonuple titré prépare sa dernière journée en Malaisie : « sur le carénage, je n’ai rien à redire, l’avant reste plus en contact avec le sol et je ne vois pas de désavantage. Je ne pense pas que je ferai de simulation de course ici. Je ferai ça en Thaïlande. J’ai d’autres choses à vérifier. Et puis c’est toujours physiquement difficile de se remettre d’un tel exercice. Je verrai quand même demain comment ça va aller et si je me laisse convaincre ».

L’Italien avait déclaré qu’il tirerait les conclusions des trois tests d’intersaison et des trois premiers Grands Prix pour réfléchir sur son avenir. Pour le moment, la retraite s’éloigne…

MotoGP #SepangTest J.2 : Chronos

1. Maverick Viñales, Yamaha, 1:59,355 min
2. Valentino Rossi, Yamaha, +0,035 sec
3. Cal Crutchlow, Honda, +0,088
4. Jorge Lorenzo, Ducati, +0,143
5. Jack Miller, Ducati, +0,154
6. Johann Zarco, Yamaha, +0,347
7. Marc Márquez, Honda, +0,375
8. Andrea Dovizioso, Ducati, +0,377
9. Danilo Petrucci, Ducati, +0,392
10. Andrea Iannone, Suzuki, +0,562
11. Aleix Espargaró, Aprilia, +0,570
12. Dani Pedrosa, Honda, +0,644
13. Alex Rins, Suzuki, +0,687
14. Pol Espargaró, KTM, +0,907
15. Tito Rabat, Ducati, +1,151
16. Bradley Smith, KTM, +1,165
17. Franco Morbidelli, Honda, +1,307
18. Mika Kallio, KTM, +1,346
19. Álvaro Bautista, Ducati, +1,373
20. Karel Abraham, Ducati, +1,559
21. Takaaki Nakagami, Honda, +1,597
22. Sylvain Guintoli, Suzuki, +2,037
23. Scott Redding, Aprilia, +2,101
24. Yonny Hernandez, Yamaha, +2,199
25. Xavier Siméon, Ducati, +2,334
26. Tom Lüthi, Honda, +2,455