A l’occasion du Grand Prix du Qatar, le Néo-Zélandais Simon Crafar, ancien vainqueur du British GP 500 cm3 en 1998 et désormais commentateur pour Dorna TV, a effectué un tour du circuit de Losail avec la Street Enercica EGO qui préfigure la moto qui courra en 2019.

La machine qui équipera les 18 pilotes de la future MotoE World Cup n’existe pas encore, et c’est la version de série que Crafar a essayée. Elle développe 145 chevaux et pointe à 245 km/h, en accélérant de 0 à 100 km/h en 3 secondes.

« Je ne connaissais ni la moto, ni le circuit, mais la sensation de l’accélérateur, l’accélération est comme celle d’une 600 cm3 de série, ce qui est vraiment impressionnant », a estimé Simon.

« Le plus dur est de l’arrêter à cause du poids supplémentaire des batteries, c’est un peu… ça ne veux pas s’arrêter, mais à la vérité et pour être juste, c’est la moto de route, pas la version de compétition.

« Donc j’imagine qu’ils l’auront développé pour quand ils devront courir avec dans un an et que ça sera mieux géré et freinera mieux sans l’ABS et certaines autres choses. »

Pour Crafar, le plus impressionnant, « c’est l’accélération. C’est super progressif, je pensais que puisque c’était un moteur électrique ça serait plus on / off mais non, on accélère comme avec une moto normale.

« La chose la plus étrange, c’est que je cherche constamment les rapports de boîte de vitesses et ils ne sont pas là. Comme beaucoup de gens n’en ont jamais piloté une, ils m’ont demandé comment c’est et je leur ai dit la même chose.

« Je peux aussi imaginer que dans le futur, quand le poids des batteries aura diminué, il n’y aura pas d’aspect négatif, à part l’absence de bruit car c’est moins excitant.

« Ils ont juste besoin d’un pilote d’essai pour trouver la géométrie de course. »

L’essai de Loris Capirossi, début février :

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :