Les stars des Grands Prix d’hier et d’aujourd’hui ont été du dernier Salon de la moto à Milan. L’occasion de leur poser des questions sur ce que pourrait être la saison 2017 du MotoGP. Voici la réponse de Stoner qui était en vedette dans un stand Ducati particulièrement fourni en nouveautés.

Ducati n’a pas fait dans la demi-mesure lors d’un Salon de Milan où sa nouvelle gamme sportive a été dévoilée. En vedette, l’opus 1299 Superleggera rehaussé à ses côtés par un Casey Stoner qui a joué son rôle d’ambassadeur de la marque. Un gros poisson auprès duquel GPOne est allé à la pêche aux renseignements. D’autant plus intéressante que l’Australien n’a pas pour habitude de mener en bateau.

Et puis avec l’arrivée de Lorenzo et l’affirmation du patron des sports Gigi Dall’Igna de l’obligation de jouer le titre dès 2017, il fallait savoir ce que le double Champion du Monde retraité avait dans ses filets : « ce week-end, je serai en Espagne pour suivre la finale de la saison et assister aux débuts de la GP17. Je suis curieux de découvrir toutes les nouveautés qu’il y aura l’an prochain et de voir comment notre moto va se comporter ».

Se comporter avec un certain Lorenzo dessus : « je serai là pour lui donner toutes les indications qu’il pourrait demander. Mais je ne crois pas qu’il en aura besoin car c’est un grand pilote et il sera totalement concentré sur le sujet ». Même sous la pluie ? « Il n’a pas trouvé la confiance nécessaire avec les pneus pour être rapide dans ces conditions. C’est ce qui a conditionné l’issue de ses derniers Grands Prix. Mais il reste un des meilleurs sur le sec, ses résultats parlent pour lui ».

Certes, mais en 2017, les pneus seront les mêmes qu’en 2016. Alors quel pronostic pour le futur championnat ? « La Ducati a énormément évolué et elle est à présent définitivement parmi les meilleures motos. Le favori pour le titre sera Marquez, mais en ce qui concerne Ducati, tout dépendra des Michelin et de la capacité de la moto à s’y adapter. Bien sûr, il reste encore du travail à faire sur les entrées et les sorties de virages, mais les pneus seront la clé de tout ».

Là-dessus, l’Australien n’a pas exclu de participer aux tests de Sepang à la fin novembre, une éventualité d’autant plus forte que Lorenzo ne pourra pas y piloter en raison de son contrat Yamaha qui ne prend fin que le 31 décembre 2016. Quant à Valencia, pour ce week-end, on rappellera que Ducati n’y a pas fait mieux que quatrième depuis cinq ans. C’était en 2014 avec Andrea Dovizioso.

Tous les articles sur : Casey Stoner, Jorge Lorenzo