L’intersaison est terminée et on en est à la veillée d’armes en MotoGP. L’occasion d’évaluer les forces en présence et il en est une que l’on attendait à meilleure fête. Il s’agit de Suzuki. Bien partie avec son nouveau servant Andrea Iannone, la GSX-RR est ensuite rentrée dans le rand pour se faire plus que discrète en au sortir de cette période hivernale. De quoi se poser des questions. Et justement, le patron sur terrain Davide Brivio s’en pose plein.

Davide Brivio ne cache rien dans un entretien à GPOne au sujet des tests hivernaux qui ont comme jeté un froid sur les bleus. Il avoue : « comme Rossi, nous avons souffert et nous terminons cet hiver avec des doutes. Lorsque l’on regarde les chronos et les classements, on a du mal à comprendre. Au Qatar notamment, les pilotes ne sentaient pas l’avant de la moto, et notamment Andrea. On a travaillé là-dessus, et on a trouvé des solutions ce qui nous a fait progresser sur la fin. Lors de la dernière heure, Iannone a trouvé quelque chose qui lui a permis d’être plus à l’aise sur la moto ».

Certes, mais le doute plane encore : « nous nous présenterons au premier Grand Prix avec certaines choses à vérifier, et après on verra. Je reconnais volontiers que nous avons souffert, ce qui ne nous a pas permis de nous exprimer au mieux. Mais on a aussi résolu des choses. Tout change lorsque l’on est dans un week-end de course et c’est à ce moment-là que nous aurons les réponses à nos questions ».

« On a bien débuté en Novembre à Valence, puis on a baissé de rythme. Il faut analyser toutes les données pour bien comprendre quel a été l’impact sur la moto de tous les changements apportés. Il nous reste du travail et ce n’est que lorsque l’on commencera vraiment la saison que l’on aura une idée plus claire de la situation. A mon avis après les deux ou trois premiers Grands Prix ».

Sur le plan technique, il termine : “on va décortiquer les données à tête reposée et nous déterminer sur des configurations définitives. Mais il n’y aura pas de révolution. On aura la même base, on va affiner les derniers détails ». Et parmi eux, il y aura le nouveau carénage.

Pour ce qui est des pilotes, Brivio a trouvé Iannone très motivé : « il ne lâche jamais rien, même quand ça ne va pas, il est toujours prêt à essayer des choses ». Alex Rins est quant à lui studieux : « il m’a surpris par sa faculté d’assimilation et d’écoute. Il interprète bien les données et les reporte sur la piste. C’est une bonne nouvelle. Il a un vrai potentiel ».

Des armes qui devront aider à atteindre l’objectif de cette année : faire mieux que l’an dernier. Soit améliorer le bilan fait d’une victoire et d’une quatrième place au championnat.

Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins, Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar