L’année prochaine chez Suzuki, il y aura deux nouveaux pilotes. Aleix Espargaró sera chez Aprilia et Maverick Viñales pilotera une Yamaha. Alex Rins est encore en Moto2 tandis qu’Andrea Iannone attendu finit sa période Ducati. Alors comment faire pour continuer à faire évoluer la GSX-RR ? Davide Brivio a la solution : faire comme si de rien n’était.

Il est généralement de bonne et logique politique de la part d’une écurie d’usine de ne rien révéler à un pilote en partance vers la concurrence des évolutions à venir sur sa machine. Certes, mais comment procéder dans le cas de Suzuki qui devra faire en 2017 avec une paire de pilotes totalement renouvelée ? Ronger son frein ? Ou poursuivre le travail au risque de livrer des informations à Yamaha dans le cas de Viñales et à Aprilia pour ce qui est de l’aîné des Espargaró ? Davide Brivio a tranché.

Le représentant du blason d’Hamamatsu a choisi d’avancer. Avant la fin de la présente saison, on devrait voir des évolutions sur la GSX-RR, tant sur le plan du châssis que sur celui du moteur : « nous avons fait un grand pas en avant par rapport à 2015 et nous serions en droit d’être satisfaits » a déclaré l’Italien sur Speedweek. « Mais nous voulons plus. Nous sommes montés sur le podium avec Maverick au Mans. C’était un de nos objectifs. Mais nous voulons plus ».

Pour peu, on frôlerait l’incantation Ducati pour la victoire. « La seconde partie de la saison sera intéressante. Nous aurons des pilotes différents en 2017, mais Aleix et Maverick auront des nouvelles pièces. Le développement va se poursuivre. Ils continueront à être impliqués et à nous aider pour trouver les meilleures solutions car nous voulons tous obtenir les meilleurs résultats possibles. Après Brno, il y aura des évolutions au niveau du châssis et peut-être quelque chose pour ce qui est du moteur. Je suis convaincu que nos pilotes actuels voudront finir la saison avec Suzuki avec la meilleure performance possible ».

Dans le cas d’Aleix Espargaró blessé par un sentiment de délaissement, il ne faudra pas être rancunier, mais ce sera toujours ça d’appris pour la RS-GP…

Tous les articles sur : Aleix Espargaro, Maverick Vinales