Malgré de fortes rumeurs et tout un faisceau de présomptions, et à l’image de Stefan Bradl pour Honda, Sylvain Guintoli n’a toujours pas été officialisé pilote d’essais Suzuki. On l’a même vu dernièrement essayer une moto électrique, sans doute pour le compte de Michelin…

Mais finalement, est-ce vraiment important, à partir du moment où le pilote français est très satisfait quand il roule sur la GSX–RR, et où, chose au moins aussi importante, les hommes d’Hamamatsu ne se font pas prier pour reconnaître son talent et ne demandent qu’une chose : travailler avec lui !

Or, c’est bien le cas, si l’on en juge par la dernière interview des responsables japonais du team Suzuki Ecstar MotoGP publiée dans la version papier de Motosprint

Ken Kawauchi, directeur technique du team Suzuki Ecstar MotoGP : « Lorsque Guintoli a piloté au Mans et à Barcelone, nous avons pu découvrir une nouvelle et meilleure direction à donner au développement du moteur grâce aux informations de Sylvain ».

Quand on sait que le moteur 2017 a été le problème numéro un pour Suzuki cette saison, et la cause initiale de tous leurs soucis, on imagine bien la valeur de l’information…

Cela se traduit d’ailleurs par la petite phrase de Shinichi Sahara, le nouveau Project Leader Suzuki MotoGP: « Par exemple, Guintoli est un pilote d’essai très rapide, et il a aussi un œil très précis sur le développement : nous aimerions continuer à travailler avec lui ».

Bravo au pilote français, car être sollicité publiquement par une usine n’est pas la pire des situations qui existe… cela pourrait-il se traduire par une ou deux wild cards ?

Toujours pas officialisé, Sylvain Guintoli participera dès mercredi prochain aux essais privés à Sepang, et ce, pendant 3 jours.