Le team Tech3 est l’un des engagés de la première heure dans un Moto2 qui est devenu la catégorie intermédiaire des Grands Prix en 2010. Les Français n’ont d’ailleurs pas fait les choses à moitié en s’affirmant avec un opus sorti de leurs ateliers, soit la Mistral 610. Cette année, elle continue à braver la concurrence, pendant que son patron, Hervé Poncharal, préparait l’avenir en MotoGP en mettant en place un partenariat étroit avec l’usine KTM. Un constructeur aussi présent en Moto2, et qui en est à sa seconde campagne dans le milieu. Deux faits qui se transforment aujourd’hui en communauté de destin…

Il faudra s’y résoudre, 2018 sera la dernière saison de la Mistral 610. Cette dernière ne connaîtra jamais le moteur trois cylindres Triumph et aura donc fait sa vie sportive avec un quatre cylindres Honda. On rappellera que ce sont Remy Gardner et Bo Bendsneyder qui l’utilisent actuellement.

On ne sait s’ils seront encore là en 2019, mais, ce qui est certain, c’est que sous l’auvent Tech3, il y aura des châssis KTM. Le patron des sports de la marque de Mattighofen le déclare sur Speedweek : « pour le moment, nous avons cinq motos engagées en Moto2. Nous allons lancer un projet dans la catégorie avec Tech3 à partir de 2019. Ce qui nous fera deux motos de plus ».

« Nous avons toujours dit que notre objectif n’était pas d’aligner le plus de motos possibles. Nous cherchons avant tout des partenariats de qualité. On peut bien s’occuper de six ou sept pilotes. Mais plus n’aurait pas de sens. Avec ces six ou sept motos, nous pouvons faire vivre notre filière qui commence en Moto3, et jusqu’au MotoGP où nous aurons une structure satellite, toujours avec Tech3. Avec un tel schéma, nous nous donnons les moyens de sélectionner les meilleurs pilotes, jusqu’au MotoGP ».