Le 13 avril 2008, le monde des Grands Prix faisait connaissance avec un pilote du nom de Marquez. C’était lors du meeting au Portugal sur le tracé d’Estoril. Neuf ans plus tard, le voilà à 23 ans officiels Honda et à la tête de cinq titres mondiaux. A Valencia ce week-end, il voudra clôturer en beauté son année et fêter dignement son 150ème Grand Prix. Avec des statistiques de fou.

Car au rythme où il roule, Marc Márquez affole les chiffres. Ses 55 victoires absolues lui donnent un taux de réussite de 37% alors que ses 89 podiums portent la valeur à 60%. Ses 65 pole-postions le mettent à 44% en terme de succès dans l’exercice alors que ses 50 meilleurs temps en course révèlent une assiduité dans la performance de 34%.

Sur le tracé Ricardo Tormo ce week-end, il aura à cœur à revoir tous ces chiffres à la hausse, devant son public et après avoir retrouvé les siens après une campagne outre-mer marquée par un titre décroché au Japon puis par deux abandons sur chute en Australie et en Malaisie. « La saison n’est pas encore terminée, car nous avons la course de Valencia dimanche, puis après nous aurons deux jours importants de tests » commente l’équipier de Pedrosa qui fera son retour après ses blessures sur chute subies au Japon.

« Notre objectif pour la course est bien sûr d’essayer de terminer sur un haut devant nos fans, peut-être avec une victoire ou au moins un podium ». Une performance qui ferait plaisir à son employeur. Honda, qui détient un avantage de 21 points au classement constructeurs, a juste besoin qu’un de ses pilotes termine 12e ou mieux, pour coiffer sa 22e couronne. La marque japonaise compte 8 victoires, contre 4 pour Yamaha et seulement 2 pour Ducati. Márquez a remporté la course de Valencia en 2014 en partant de la cinquième place. Une première car jusque-là, tous les vainqueurs s’étaient élancés de la première ligne.

Tous les articles sur : Marc Marquez