Ce week-end à Valencia, Jorge Lorenzo ne sera pas le seul pilote en M1 à faire ses adieux à Yamaha. Il y aura aussi des déchirements sous l’auvent Tech3 où Bradley Smith et Pol Espargaro termineront de faire le baluchon pour s’en aller rejoindre KTM. Et le cadet d’Aleix, qui ira chez Aprilia en terminant son bail avec Suzuki, aimerait bien offrir un dernier cadeau à une écurie qui l’a accueilli depuis trois ans.

Trois saisons au sein du team Tech3 avec un contrat Yamaha en poche, ce n’est pas rien dans la carrière d’un pilote. Pol Espargaro n’aura certes pas réussi à convaincre l’écurie officielle de la valeur de ses services, mais au moins il aura pu convaincre une usine KTM de le recruter. Et qu’il pourra essayer jusqu’à la fin de cette année. C’est donc sans amertume, mais aussi pour le moment sans le moindre podium, qu’il va quitter les troupes d’Hervé Poncharal. A qui, il aimerait offrir un beau cadeau.

En fait, il pourrait leur en offrir plusieurs. Le plus beau serait de se présenter comme le dixième vainqueur de l’année. Reprendre les 17 points qui le séparent de Cal Crutchlow pour s’affirmer comme le premier des pilotes indépendants serait aussi pas mal. Et il y a également asseoir la position de leader de l’équipe française au classement des structures indépendantes, mené devant Pramac pour 27 points. Cela ferait alors cinq saisons que Tech3 raflerait cette récompense !

« Valence est toujours une épreuve importante car il s’agit de la finale » commente Pol. « Je suis qui plus est à domicile. Cette année, le Grand Prix sera néanmoins encore plus spécial car j’y ferai ma dernière apparition en tant que pilote Monster Yamaha Tech3, après trois années incroyables. J’y ai vécu de bons, et de moins bons, moments mais j’ai beaucoup appris au sein de cette équipe, qui était à mes yeux comme une famille ».

« Je suis vraiment impatient d’être à ce week-end. Je vais essayer de clore ce chapitre sur une bonne note. J’y ai signé de bons résultats par le passé. En 2015, ça avait été plus difficile mais j’avais tout de même été capable de terminer dans le Top 5. Bien évidemment, cette performance sera difficile à rééditer, car certaines motos d’usine comme les Ducati ou les Suzuki sont beaucoup plus compétitives. Nous verrons comment je me sens avec les pneus sur ce tracé et quelle sera la météo. Mais quoi qu’il se passe, je donnerai le meilleur de moi-même comme toujours ».

Tous les articles sur : Bradley Smith, Pol Espargaro