C’est une interview décalée qu’a accordée Valentino Rossi au duo Stefano Corti et Alessandro Onnis aux styles toujours particuliers. Un entretien à bâtons rompus au milieu d’une partie de jeux vidéo, comme pour mieux pousser à la faute ou à la confidence. Le Doctor s’est prêté au jeu pour avouer le meilleur et le pire. Morceaux choisis !

Des passages retranscrits par Insella.it ou GPone tandis que l’intégralité du reportage passera ce mercredi soir sur le canal d’Italia 1. Avant de se lancer dans l’entretien, le nonuple titré a dû choisir un pilote avec la manette, sachant qu’il avait déjà été pris par un des deux journalistes. Après une hésitation sur Marc Márquez suivi d’un éclat de rire, il a fini par prendre Jorge Lorenzo.

L’occasion d’embrayer directement sur les rivaux de l’homme de Tavullia. Celui qui lui a laissé le souvenir le plus marquant est finalement un Max Biaggi à la contestation plus exacerbée qu’avec Lorenzo et même Márquez. Cependant, ce dernier est dans les grands regrets de l’actuel équipier de Vinales puisqu’il compte parmi ses plus fortes déceptions les deux titres perdus lors de la dernière course à Valence. L’un au profit d’Hayden et l’autre à l’avantage de Lorenzo après les événements malaisiens que l’on sait.

Sinon, sa plus belle couronne aura été celle acquise au terme de la première saison avec Yamaha en MotoGP. Et il se souvient de la plus grosse colère de son père lorsque, gamin, il est rentré chez lui à pied après avoir été contraint de laisser son scooter à la police locale, puis celui de son père Graziano.

Enfin, il n’a pas encore trouvé l’âme sœur et il espère toujours connaître un jour les joies de la paternité. Une affaire sérieuse de son propre aveu. En attendant, il a encore deux ans de contrat avec Yamaha pour porter son nombre de titres à 10.